Admission Post-Bac : "un avertissement" pourrait être adressé au gouvernement, prévient la Cnil

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Si le système d'affectation des cursus du supérieur APB n'est pas réformé d'ici trois mois, le gouvernement pourrait écoper d'un avertissement de la Cnil, prévient son directeur adjoint au micro d'Europe 1.

INTERVIEW

Des reproches, et après ? La Cnil (Commission nationale informatique et libertés) a adressé jeudi une mise en demeure au gouvernement à propos d'Admission Post-Bac (APB), ce système où les lycéens émettent leurs vœux d'études supérieures. Motif évoqué : "Vous ne pouvez pas utiliser un algorithme ou un traitement qui emporte une décision automatique", explique Mathias Moulin, directeur adjoint de l'organisme au micro de Maxime Switek, dans Europe Midi, tous les jours de 12h30 à 13h15. Si dans trois mois rien n'est fait, un "avertissement", "public ou non", pourrait être adressé au gouvernement, mais "la nécessité est avant tout d'informer", indique le directeur adjoint.

"Intervention humaine". Concrètement, la Cnil exige du gouvernement qu'il cesse de prendre des décisions sur le fait d'un algorithme : "Il faut une intervention humaine qui participe au processus de décision. Sachant que là, la décision concernée est l'avenir des personnes", alerte Mathias Moulin. À l'heure actuelle, près de 3.000 bacheliers demeurent sans affectation.

Pas d'autres moyens qu'APB. Ce qui pose problème, avance-t-il, c'est le premier processus du système APB "qui est le classement des personnes avec trois critères : le domicile, sa situation de famille et l'ordre de préférence des vœux. La machine le mouline, elle attribue le numéro et il y a un classement. (…) En fonction du nombre de candidats sur les mêmes formations, il y avait un processus de tirage au sort." Résultat, déplore Mathias Moulin : "Vous ne pouvez pas accéder à la formation pour laquelle vous auriez émis des vœux par un autre moyen." À moins que la future version du système d'affectation d'APB, qui doit être "profondément modifiée" selon le gouvernement, prévoie des recours dans sa nouvelle mouture.