A Saint-Nazaire, l'heure du bilan après les intempéries

  • A
  • A
Partagez sur :

La ville a été touchée par de violentes averses de grêle dans la nuit de samedi à dimanche. Les dégâts sont importants.

REPORTAGE

Lé déluge... Dans la nuit de samedi à dimanche, l'ouest de la France a été touché par de fortes intempéries. Dimanche, Saint-Nazaire a passé sa journée à tenter de réparer les dégâts causés par ces intempéries et le déluge de grêle qui ont touché la ville.

"L'apocalypse". "Les grêlons sont passés à travers les ardoises, c'étaient des morceaux de glaces qui tombaient. L'apocalypse", explique Lionel, rencontré par Europe 1 et qui tente de protéger sa toiture. Les locaux de la Croix-Rouge ont également été dévastés. Il faut désormais un casque pour rentrer dans le bâtiment et le magasin de vêtements est sous l'eau. Les stocks alimentaires sont aussi largement touchés. "Il n'y a plus d'électricité donc tous les frigos, que ce soit ceux du Secours Populaire, des Restaurants du Cœur ou de la Banque alimentaire sont tous arrêtés. La très grande majorité des stocks va devoir partir à la poubelle", regrette Ghislain Baudichaud, de la Croix-Rouge. "Ça veut dire qu'il y a des associations qui auraient dû faire des distributions alimentaires et qui ne vont pas pouvoir les faire", poursuit-il.

"On va attendre l'expert". "Il faut que l'électricien vérifie toutes les gaines, les câblages pour avoir si on peut rallumer la lumière ou pas et après on va compter, parce que sans électricité on ne peut pas mesurer l'impact sur les ordinateurs et les machines-outil", explique Nicolas Fourage, propriétaire d'un garage Renault qui ne peut que constater les dizaines d'impacts sur ses voitures neuves et celles de ses clients. "Après on va appeler l'assurance et attendre l'expert", conclut-il. En quelques minutes, dans la nuit de samedi à dimanche, les pompiers ont reçus 400 appels. Les intempéries n'ont pas fait de blessés.