A quoi ressemble la pause déjeuner des Français ?

  • A
  • A
A quoi ressemble la pause déjeuner des Français ?
Image d'illustration.@ AFP
Partagez sur :

Durée, prix moyen du repas et types de restauration, Europe 1 a eu accès en exclusivité à l'étude de Gira Conseil sur la pause déjeuner des Français.

INFO EUROPE 1

Que mangeons nous pendant notre pause déjeuner ? Europe 1 a pu avoir accès en exclusivité à l'étude annuelle du cabinet Gira Conseil, spécialisé dans la restauration. Prix moyen du repas, ou encore habitudes de consommation, la pause déjeuner est importante pour les Français, mais de courte durée.

31 minutes en moyenne.La durée moyenne de la pause déjeuner des Français est de 31 minutes. Dans la majorité des cas, les salariés vont acheter à déjeuner dans une sandwicherie ou déjeunent à la cantine de leur entreprise. Avec 8,68 euros en moyenne par repas, le budget de la pause déjeuner est en baisse : les Français cherchent à manger vite pour pas cher. Des résultats que confirment les salariés rencontrés par Europe 1. "J'ai pris une formule sandwich avec un sandwich, un dessert et une boisson pour 7 euros", détaille un salarié en pause déjeuner. "Je mange parfois au bureau et j'emporte des choses de la maison. Sinon, je vais dans une saladerie ou j'achète directement au supermarché. Manger au restaurant tous les midis ça coûte (trop) cher", explique une autre. "J'ai pris un sandwich triangle, le moins cher que j'ai trouvé. Ça me permet de tenir jusqu'au soir et après je mange un peu mieux", conclut un dernier.

Les restaurateurs souffrent. Pour répondre à la demande, les formules déjeuner fleurissent dans tous les petits commerces dont ce n'est pas le métier à la base. Les supermarchés, les boulangeries ou encore les stations service proposent de plus en plus ce type de formule. Face à cette montée en puissance des petits commerces, les restaurateurs, eux, sont en chute libre. "Les circuits traditionnels de la restauration, le restaurant, la brasserie du coin ou le café-restaurant souffrent beaucoup", explique Bernard Boutboul du cabinet Gira Conseil. "On a affaire à un consommateur qui veut que l'on revienne aux fondamentaux du métier de restaurateur avec une bonne assiette et du personnel qui est souriant, aimable et compétant", poursuit-il alors que "dans la restauration dite rapide, le contact avec le personnel est très bref et les produits sont de plus en plus qualitatifs". En 2015, la vente à emporter était d'ailleurs en hausse de 10%.