A Paris, les tués sont d'abord des piétons ou des cyclistes

  • A
  • A
A Paris, les tués sont d'abord des piétons ou des cyclistes
Partagez sur :

Loin devant les conducteurs de deux roues motorisés, à Paris, les premières victimes mortelles d'accidents de la route, sont les piétons ou les cyclistes.

Avec 34 morts, les piétons et les cyclistes sont les premières victimes des accidents de la route mortels dans la capitale où 51 personnes ont été tuées en 2008 (+37,83 % par rapport à 2007), selon des chiffres publiés par la préfecture de police (PP). Les autres victimes sont 2 automobilistes (3,92%) et 15 utilisateurs de deux roues motorisés.

En pourcentage, piétons ou des cyclistes représentent donc 66,6% des victimes mortelles loin devant les conducteurs de deux roues motorisés qui ne représentent que 29,42%. "Ces chiffres sont logiques étant donnés la densité de piétons dans Paris", commente Marie Boué, chargée de la prévention au département bus de la RATP. "Il n'y a pas d'incohérence à ce que les personnes les plus vulnérables soient les plus gravement touchées".

A pied, comme à vélo, "on est plus vulnérable aux fautes des autres usagers", souligne Kiki Lambert, présidente de l'association "Mieux se déplacer à bicyclette". "Même avec l'explosion du Velib, on n'a pas une augmentation proportionnelle des accidents", relève Marie Boué. Six usagers de Vélib' sont morts à Paris depuis son lancement en juillet 2007.

La situation parisienne s'avère finalement assez représentative de la situation mondiale: une étude de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) rendue publique lundi s'alarme du fait que près de la moitié (46%) des 1,2 million de tués sur la route sont des usagers dits "vulnérables": piétons, cyclistes et motocyclistes.