À Paris, le bassin de la Villette accueille ses premiers baigneurs

Partagez sur :

Mardi, Anne Hidalgo a inauguré trois piscines d'eau filtrée des canaux parisiens, sur le bassin de la Villette. De quoi ravir les habitants de la capitale, frappée par la canicule. 

REPORTAGE

"Super bonne" pour certains, "carrément froide" pour d'autres, l'eau du bassin de la Villette accueille ses premiers baigneurs depuis lundi. Alors que le mercure atteint à nouveau des records dans la capitale, les trois piscines installées le long du Quai de la Loire font le bonheur de Parisiens en quête de fraîcheur, d'activité physique... ou simplement de souvenirs de vacances. 

"Nager en respectant les règles". "C'est la première fois qu'on nage en respectant les règles", sourit Houcine, onze ans, entre deux plongeons. L'été dernier, le garçon et ses amis avaient piqué une tête directement dans le bassin, dont la qualité de l'eau s'améliore mais reste impropre à la baignade. Ils avaient été forcés d'en sortir fissa par des policiers municipaux. "Alors quand on a su que c'était permis, et gratuit...". Dans les piscines, l'eau est bien issue du bassin mais filtrée. Chaque matin, elle est contrôlée par les agents de la mairie de Paris. 

Trois bassins, trois ambiances. Pour plonger dans le bassin "moyen", Houcine et ses compères ont dû répondre par oui à au moins une des questions du maître-nageur : "sais-tu nager ?" et "mesures-tu au moins 1,20 m ?". En cas de double refus, les enfants sont orientés vers la pataugeoire et ses batailles d'eau endiablées. Les bons nageurs (et ceux qui craignent les éclaboussures) préfèrent, eux, le bassin sportif, de deux mètres de profondeur. "Je pourrais très bien y aller, je nage comme un pro", se vante le jeune homme. "Mais il y a plus d'ambiance au milieu." 

Transats et chaises longues. Côté parents, on opte pour le dos crawlé chez les "grands", ou le farniente sur les transats et chaises longues mis à disposition le long des bassins. "C'est vraiment chouette pour nous, qui ne partons pas en vacances", explique Béatrice, venue avec ses trois filles. "Avec cette chaleur, on manque parfois d'inspiration. Là, sans rien à payer, on peut rester aussi longtemps que l'on veut". Dans la limite des places disponibles : seuls les 300 premiers à passer le portillon d'accès au site peuvent faire "plouf". Pour les suivants, il faudra attendre qu'un baigneur cède sa place.