À Lyon, les "Rendez-vous de l'agriculture" annulés en raison du coût des mesures de sécurité

  • A
  • A
À Lyon, les "Rendez-vous de l'agriculture" annulés en raison du coût des mesures de sécurité
Les organisateurs auraient été contraints de renforcer considérablement les mesures de sécurité.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Les traditionnels "Rendez-vous de l'agriculture" n'auront finalement pas lieu cette année à Lyon. Les mesures de sécurité exigées coûtent trop cher pour maintenir l'événement.

Le risque sécuritaire aura une nouvelle fois eu raison d'un événement estival. Après la Nuit des étoiles ou le feu d'artifice de La Baule, c'est au tour des "Rendez-vous de l'agriculture" de Lyon, prévu fin août, de renoncer.  

Filtrage et fouilles. Le surcoût de la sécurité imposée par la préfecture aurait fait exploser le budget de cette fête populaire, qui a pourtant lieu depuis 20 ans. Pendant deux jours, des dizaines d’agriculteurs y exposent traditionnellement leurs productions et leurs bêtes dans un parc de 36 hectares, devant environ 90.000 Lyonnais. La préfecture exigeait exige que des mesures de filtrage et de fouilles soient mises en place à chacune des multiples entrées du site. Les organisateurs auraient été contraints de faire appel à une société de sécurité extérieure pour un coût supplémentaire de 50.000 euros.

Moins cher d'annuler. Face à une situation intenable, les organisateurs ont préféré tout annuler, en dépit des frais déjà engagés. Nourriture, tee-shirts pour les bénévoles, affiches... "On estime à 30.000 voire 40.000 euros les dépenses déjà engagées et qui partent en fumée", chiffre Gérald Bazin, président de la Chambre d’agriculture du Rhône. Le coût des mesures de sécurité aurait "plombé notre équilibre financier. Il vaut mieux arrêter les frais", se désole-t-il.

Vu le contexte de peur face à la menace terroriste, et notamment après l'attentat de Nice, beaucoup de familles lyonnaises n’auraient sans doute pas fait le déplacement. Pas sûr, donc, que les revenus engendrés par l'événement auraient pu être à la hauteur des dépenses engagées.