À La Baule, des CRS armés sur la plage

  • A
  • A
Partagez sur :

"C'est dommage d'en arriver là", déplore la gérante du bar de plage le "Punching-ball". 

Comme chaque année, les CRS ont débarqué mercredi sur la plage de La Baule pour assurer la sécurité des baigneurs et des vacanciers. Mais ce qui change cette année, c'est que, dans ce contexte d'attentats répétés, il a été décidé que ces policiers soient armés. C'est la toute première fois qu'un tel dispositif est mis en place. Et, forcément, ça change un peu l'ambiance dans cette station balnéaire très familiale.

Tongs, maillot de bain et arme discrète. Il ne faut pas s'imaginer les CRS en grande tenue de maintien de l'ordre avec casques et jambières. Non, ceux qui sont là pour assurer la sécurité sur la plage de la Baule sont en tongs et en maillots de bain. Mais, pour la première fois, chaque poste de secours est doté d'un homme armé très discrètement. Et pour un Parisien qui joue au foot, juste devant avec ses petits-enfants, c'est une bonne chose. "Vous savez, ce qui s'est passé le 14 juillet à Nice aurait très bien pu se passer à La Baule. La présence de CRS est rassurante et la possibilité qu'ils aient une arme, s'il se passe quelque chose de grave sur la plage, est un plus", estime-t-il. 

"C'est dommage d'en arriver là". Non loin de là, une autre vacancière vit elle à Londres le reste de l'année, avec de la vidéosurveillance partout 24h/24. Elle connaît donc bien cette ambiance et pour elle, la sécurité a un prix : "les gens sont prêts à explorer des options nouvelles et ça comprend renforcer la sécurité, même si ça fait peur à certaines personnes qui pensent qu'on envahit leur intimité". Pour la gérante du bar de plage le "Punching-ball", c'est dommage d'en arriver là. "Nous, on est une ambiance 'vacances', donc c'est vrai que de voir se balader des gens armés, ça donne une sécurité en soi mais ça fait pas vacances du tout", déplore-t-elle. 

Cette année, rien n'a été laissé au hasard ici pour assurer la sécurité des vacanciers. En plus des CRS armés sur la plage, le nombre de soldats prévus pour l'opération Sentinelle a été doublé