A l’entrée dans le supérieur, ils sont près de la moitié à vouloir la fac

  • A
  • A
A l’entrée dans le supérieur, ils sont près de la moitié à vouloir la fac
Les futurs bacheliers sont nombreux à vouloir aller à l'université.@ MAXPPP
Partagez sur :

Selon le premier bilan des inscriptions à l’Admission Post-Bac, 47% des futurs étudiants du supérieur ont choisi la fac en premier voeu.

Voilà un résultat que les universités n’attendaient plus. Décriées pour leur manque d’efficacité pour trouver un emploi à la sortie et en manque de reconnaissance par rapport aux grandes écoles françaises d’ingénieurs et de commerce, la fac retrouve pourtant cet année un attrait. Par rapport à 2013, ils sont 5,6% plus nombreux à avoir choisi l’université comme premier choix sur le site Admission Post-Bac (APB), destiné à diriger les futurs bacheliers dans le supérieur.

Près de 400.000 à la fac. Cette hausse s’explique notamment par une remontée progressive des universités françaises dans les classements internationaux, mais aussi par le fait que pour la première fois, il n’y avait pas que les bacheliers qui avaient accès à l’APB. En effet, cette fois-ci, 22% des 800.000 postulants étaient en fait des personnes non scolarisées ou en phase de réorientation après un échec dans le supérieur.

Parmi les futurs bacheliers généraux, ils sont 60% dans les filières littéraires à désirer entrer à l’université, contre seulement un scientifique sur quatre. Les lycéens qui passent le bac économique se sont quant à eux rués sur les IUT et les BTS puisqu’ils sont 40% à les avoir demandé en premier voeu.

Choisir la fac. Ce premier bilan a réjouit Geneviève Fioraso, la secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur, qui considère cela dit qu’il pourrait être meilleur. “Je serai satisfaite le jour où les 63% d’étudiants inscrits à l’université y seront par choix, et non pas par défaut”, a-t-elle déclaré au Parisien. Il faut dire que nombreux sont ceux qui sont allés à l’université par dépit après avoir échoué à entrer dans un établissement plus sélectif.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

ACTU - La pénurie de profs de maths s'aggrave

ENQUÊTE E1 - 60.000 postes créés dans l'Education nationale ? Oui, mais pas trop vite

ZOOM - Education sexuelle : quand Civitas s'arrange avec la vérité

PORTRAIT - Hamon, un jeune ministre à l'Education nationale