À Épinal, les CP ont déjà fait leur rentrée dans des classes de 12 élèves

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Europe 1 s'est rendu dans une classe de CP à Epinal qui a déjà effectué sa rentrée et qui ne compte plus que dix élèves, car elle est classée en REP+.

L'ENQUÊTE DU 8H

C'est l'une des grandes nouveautés de cette rentrée scolaire : les classes de CP dédoublées dans les REP+, les écoles sensibles. Depuis presque 30 ans, l'école élémentaire Pergaud à Epinal, dans les Vosges, fait sa rentrée dix jours avant tout le monde. Cette école, classée en REP+, compte désormais trois classes de CP de dix élèves chacune. Europe 1 s'y est rendu.

Un environnement de travail plus calme. Ce qui marque en premier lieu, c'est le silence qui règne dans les classes. Le petit Dylan se souvient de sa bruyante grande section de maternelle, l'an dernier. "J'avais mal aux oreilles parce que ça criait", raconte-t-il. Aujourd'hui, il savoure le calme de cette salle numéro 10, dans laquelle on comptait 23 élèves l'an dernier.

Du temps pour faire évoluer chaque élève. Sur le volet de l'enseignement, la facilité avec laquelle l'institutrice - Maîtresse Véronique, comme l'appellent ici les élèves - met en place la "pédagogie différenciée". L'institutrice a davantage de temps à consacrer à chaque élève, et peut donc proposer des exercices adaptés au niveau de chacun.

Des locaux aménagés. Pour mettre en place cette mesure, il faut évidemment avoir des locaux à disposition. "Ici, on a de la place", dit la directrice, Danielle Finance. Peinture, mobilier, tableau interactif… La mairie a dépensé 7.000 euros cet été pour aménager une vieille salle qui ne servait pas, juste à côté. D'autres ont moins de chance. Dans 15% des cas en France, lundi, il y aura deux classes de "CP de 12" dans une seule et même salle.

Les parents emballés par la mesure. Élèves, enseignants mais aussi parents semblent pleinement satisfaits de cette nouvelle organisation. Eden est une enfant "en avance" sur ses camarades. Ses parents ont un temps envisagé de la mettre dans un autre établissement, plus coté. "On s'est posé la question de savoir si on n'allait pas plutôt aller en centre-ville. La classe de dix élèves, c'est justement ce qui nous a retenus. Je me suis dit qu'elle allait vraiment avoir un enseignement personnalisé. Elle ne va pas être mise de côté parce qu'elle a déjà fini son travail", se rassure sa mère.

Seul hic pour les parents, il faudra s'attendre à devoir consoler les enfants qui, du fait de ces classes réduites, auront moins de chances de retrouver leurs copains de classe de grande section. Le jour de la rentrée, à Épinal, on a eu quelques drames à gérer…