À chaque ville ses mesures pour faire baisser la pollution

  • A
  • A
À chaque ville ses mesures pour faire baisser la pollution
L'agglomération de Grenoble est sujette aux pics de pollution (image d'illustration de 2014) @ JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :

Les taux de pollutions de Paris et de Lyon sont au centre de toutes les attentions depuis plus d'une semaine. Mais d'autre zones sont également touchés comme la Haute-Savoie, la Franche-Comté ou encore les Hauts-de-France.

Circulation alternée, abaissement des vitesses de circulation... Paris et Lyon ont pris des mesures la semaine dernière pour faire baisser le taux de concentration de particules fines dans l'atmosphère. Mais ces deux grandes agglomérations ne sont pas les seules à être concernées par un pic de pollution. D'autres villes ont mis en place des mesures adaptées à leurs situations particulières.

Grenoble a mis en place des vignettes. Grenoble est l'une des villes qui a imposé le plus de restrictions à ses habitants. Confrontée à un pic de pollution persistant, la ville a interdit l'accès de son agglomération (qui compte 49 communes) aux véhicules immatriculés avant le 1er janvier 1997, aux poids-lourds, et aux autocars de plus de 15 ans ainsi qu'aux deux-roues d'avant 2000 depuis dimanche. Le dispositif, qui concerne aussi les accès autoroutiers à la ville, a été reconduit lundi.

À partir de samedi, Grenoble a également appliqué son dispositif de vignettes de couleur identifiant les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes. Le dispositif existe depuis novembre mais il n'avait encore jamais été déclenché. Cette première mise en place a eu pour effet de doper les commandes de certificats. "On est à 51.000 vignettes commandées sur un parc de 320.000 véhicules dans le bassin de vie, dont 10.000 ces deux derniers jours", s'est félicité Yann Mongaburu, président du Syndicat métropolitain des transports en commun.

La montagne n'est pas forcément épargnée. En Savoie, Haute-Savoie et dans la vallée de l'Arve, les raisons de ce pic de pollution sont différentes. Plus de la moitié des émissions de particules fines provient du chauffage au bois dans ces régions, rappelle France Bleu Pays de Savoie. Dès vendredi, le préfet du département a demandé aux habitants de ne plus utiliser leur chaudière à bois s'ils ont un autre moyen de se chauffer.

Une mesure qui se double néanmoins de restrictions de circulations. Depuis le mois de novembre, la vitesse a été rabaissée à 110kmh/h sur le réseau autoroutier. Mais à partir de mardi, la circulation alternée sera imposée aux poids-lourds. Les véhicules les plus polluants pourront aussi être interdits aux abords des maisons de retraite et des écoles. 

Troisième champ d'action pour réduire la pollution atmosphérique : l'activité des entreprises polluantes. Le préfet va par exemple demander à la société de traitement des ordures ménagères, Sitom, de réduire le volume de déchets qui sont traités à l'usine d'incinération de la vallée. 

vallée d'arve, mont blanc, pollution 2014 crédit : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

En janvier 2015, la circulation dans la vallée d'Arve avait été interdite aux poids-lourds les plus polluants.


La Franche-Comté interdit les feux de bois. En Franche-Comté aussi le chauffage au bois pose problème. Les habitants de l'aire urbaine de Belfort-Montbéliard Héricourt ont interdiction depuis vendredi d'utiliser du bois et ses dérivés pour se chauffer s'ils ont une autre source de chauffage. La vitesse de circulation est également réduite de 20km/h sur l'autoroute A36 et limitée à 70km/h sur tout le réseau routier. 

En plus de ces mesures, d'autres restrictions s'ajoutent dans le Doubs, notamment à cause du traitement des déchets. Depuis dimanche matin, les habitants du département ont interdiction de faire brûler leurs déchets verts et sous-produits agricoles, comme la chaume et la paille, à l'air libre. Ils doivent également rouler à 20km/h en dessous de la limitation sur toutes les routes où elle est supérieure ou égale à 90km/h, détaille France 3 Franche-Comté.

Les Hauts-de-France touchés à cause du froid. L'Oise, département limitrophe de l'Île-de-France, a été le premier à se voir appliquer des mesures de restriction de circulation dès mercredi dernier. Mais face aux taux de concentration de particules fines dans d'autres départements proches, la préfecture a décidé d'étendre ces mesures à toute la région des Hauts-de-France jusqu'à vendredi. Les vitesses maximales autorisées ont été abaissées de 20km/h sur toutes les routes, comme l'explique France 3 Picardie.

D'autres départements ou villes comme Strasbourg (en Alsace), ou Mâcon (en Saône-et-Loire), ont été touchés par cet épisode de pollution. Des chutes de neige "industrielle" ont même recouvert certains quartiers. Mais ces villes n'ont fait l'objet que de recommandations non-contraignantes.

Prochaine mesure anti-pollution à Paris : les vignettes

À quoi obligent ces vignettes ? À partir du 15 janvier 2017, les vignettes anti-pollution seront obligatoires dans la capitale du lundi au vendredi et de 8h à 20h. Au nombre de six, chacune a sa couleur (vert, violet, jaune, orange, marron et gris) en fonction du type de motorisation et de l'âge du véhicule. 

Comment est définie la pastille ? Vous devez renseigner le type de véhicule en fonction de la catégorie qui est mentionnée sur la carte grise, puis sa source d'énergie (électricité, essence, diesel...) et enfin sa norme EURO, elle aussi mentionnée sur la carte grise, pour obtenir votre pastille.

Où trouver ces vignettes ? Elles peuvent être commandées depuis le 1er juillet 2016 sur un site dédié et coûtent 4,18 euros (3,17 euros de redevance plus les frais d'envoi). 

Que faire une fois qu'on l'a reçue ? Ce certificat, le nom officiel des pastilles, doit être apposé à l'avant du véhicule de manière visible depuis l'extérieur, à la manière d'un certificat d'assurance.

Que risque-t-on si on n'a pas ce précieux sésame ? Les automobilistes qui n'auront pas de vignette ou une vignette qui ne correspond pas à leur véhicule pourront recevoir une amende de 90 euros (classe 4).

Que se passera-t-il en cas de pic de pollution ? La circulation dans les zones à circulation restreinte (ZCR) pourra être possible uniquement aux véhicules portant certaines pastilles. Les moins polluants (comme les véhicules électriques et à hydrogène qui ont une pastille verte) bénéficieront également de modalités de stationnement favorables.