750 millions d'euros pour le plan cancer II

  • A
  • A
750 millions d'euros pour le plan cancer II
Partagez sur :

Le chef de l’Etat a par ailleurs fixé lundi à Marseille un objectif de "20% de spécialistes en plus".

750 millions d'euros. C'est le montant des dépenses nouvelles consacrées au Plan cancer II (2009-2013) annoncé lundi par le chef de l'Etat depuis Marseille parce que la "lutte contre le cancer est devenue un enjeu majoritaire pour la France", parce que "depuis 2004, les cancers sont devenus la première cause de mortalité", a-t-il affirmé.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs fixé comme objectif "20 % de spécialistes en plus"afin de garantir la qualité des soins à l'avenir, à côté de la recherche. "Il faut anticiper l'évolution démographique de certaines professions. Les spécialistes impliqués dans la prise en charge des cancers, je pense aux oncologues, aux radiothérapeutes, aux hématologues qui sont aujourd'hui en nombre insuffisant", a déclaré le chef de l'Etat.

En outre, 15% du budget de la recherche du Plan cancer II seront consacrés à l'étude "des risques environnementaux" dans le déclenchement de la maladie. Selon le chef de l'Etat, il faut "étudier davantage les effets à long terme des expositions, même à faible dose, à certains agents chimiques, biologiques ou physiques". Nicolas Sarkozy a martelé : "On n'a pas assez travaillé sur ces questions". D'ici à la fin de l'année, la "mise en place d'un plan d'action permettra d'infléchir les inégalités face au cancer", a-t-il souligné, affirmant que "le surpoids et l'obésité" augmentaient considérablement les risques de la maladie.

Le chef de l'Etat a aussi affirmé sa volonté de favoriser l'accès à l'emprunt et à l'assurance pour les personnes "sorties de la maladie". "Je ne peux pas accepter cette réalité que le malade, en plus de sa maladie, ne puisse faire aucun projet", a souligné Nicolas Sarkozy. "Il n'y a aucune raison que ceux de nos compatriotes qui sont malades soient pénalisés".

Concernant l'alcool, Nicolas Sarkozy a annoncé qu'en 2011 "la quantité devra être indiquée sur chaque bouteille". Actuellement, c'est le degré d'alcool qui est inscrit sur les bouteilles. Il a ajouté que dans le "même temps, les centres venant en aide aux personnes en difficulté avec l'alcool verront leurs moyens renforcés".

Au sujet de la hausse du tabac de 6% à partir du 9 novembre, le chef de l'Etat a estimé que cette décision était "cohérente et équilibrée". Nicolas Sarkozy a annoncé par ailleurs qu'"en 2010 le remboursement des substituts nicotiniques sera porté de 50 à 150 euros pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) et pour les femmes enceintes".

Ce plan 2009-2013, attendu depuis plusieurs mois, fait suite à un plan cancer 2003-2007 lancé par le président Jacques Chirac, dont la Cour des comptes avait souligné les "carences" et "défaillances". Seul un tiers des 70 mesures envisagées par le plan de l'ancien chef de l'Etat ont pour l’instant été réalisé.