65 victimes d’intoxication à Pantin

  • A
  • A
65 victimes d’intoxication à Pantin
Partagez sur :

Une soirée de réveillon a mal fini, après une intoxication au monoxyde de carbone qui fait deux blessés graves et 63 blessés légers.

Suite à une intoxication au monoxyde de carbone à Pantin (Seine-saint-Denis) lors d’une soirée de réveillon, 250 personnes ont dû être secourues par plus d’une centaine de secouristes aux alentours de 2 heures du matin. Le pronostic vital est engagé pour deux blessés graves, 63 autres personnes ont été légèrement blessées, a indiqué vendredi la préfecture de police.

L’installation d’un groupe électrogène dans une salle non ventilée du bâtiment est à l’origine de l’intoxication, selon un porte-parole des Pompiers de Paris, le lieutenant-colonel Pascal Le Testu. "Il semblerait que ce soit ce groupe électrogène qui a produit du monoxyde carbone, un gaz très dangereux car il est inodore, incolore et très toxique", a-t-il précisé.

La soirée de réveillon, organisée par l’association le Rassemblement des Monterois de France (RMF), se tenait dans un ancien centre de formation d'apprentis, un bâtiment actuellement vide et en vente. Ces locaux appartiennent à la Chambre des métiers de la Seine-Saint-Denis, selon le directeur de cabinet du maire de Pantin, Philippe Bon, qui s'est rendu sur place dans la nuit. Les premiers éléments de l'enquête indiquent que des employés de la société privée chargée du gardiennage de l'immeuble auraient sous-loué à l'association le bâtiment "dans le dos de la Chambre des métiers et dans des conditions obscures". L’enquête a été confiée à la sûreté territoriale de la Seine-Saint-Denis.

Cette intoxication collective a nécessité l’installation d’un poste médical avancé et l’intervention d'une centaine de secouristes appartenant aux pompiers, à la Croix rouge, à la Sécurité civile et au Samu. Une vingtaine d’ambulances et treize casernes de pompiers sont intervenues pour secourir les 250 participants à la soirée. Les victimes ont ensuite été transportées dans plusieurs hôpitaux de la région parisienne.