1.137 voitures brûlées à la Saint-Sylvestre, Hortefeux satisfait

  • A
  • A
1.137 voitures brûlées à la Saint-Sylvestre, Hortefeux satisfait
Partagez sur :

Il y a eu 10 voitures de brûlées en moins que l’an passé, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a réaffirmé samedi son appréciation positive du bilan de la nuit du nouvel an, face aux critiques, soulignant que "la tendance à la hausse du nombre des voitures brûlées a été enrayée", avec même une baisse sensible en petite couronne.

Le bilan définitif du nombre de voitures incendiées, pour la nuit du 31 décembre au 1er janvier, s’établit au niveau national à 1.137. L’an dernier, le bilan était de 1.147 voitures brûlées, d’après les chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur. Sur Paris et les trois départements de la petite couronne, leur nombre a diminué dans des proportions sensiblement plus importantes qu’au plan national, passante de 248 véhicules brûlés à 198.

Au total, les forces de l'ordre ont procédé à 549 interpellations et 481 gardes à vue au cours de la nuit du réveillon, des chiffres en hausse par rapport à l'année dernière (288 interpellations, 219 gardes à vue), selon le ministère de l'Intérieur, qui note que "la nuit de la Saint-Sylvestre s'est bien déroulée". 16 gendarmes et policiers ont été légèrement blessés.

Le parti socialiste ne partage pas l'analyse du ministère de l'Intérieur. Il a qualifié de "mauvais" ce bilan, "malgré les communiqués triomphants du ministère de l'Intérieur". Jean-Jacques Urvoas, secrétaire national du PS à la sécurité, a estimé qu'en dépit d'une mobilisation policière supérieure et d'une hausse du nombre des gardes à vue, "simplement 10 voitures incendiées en moins" conduit à un "constat profondément inquiétant".

Brice Hortefeux a fait valoir que la mobilisation accrue des forces de l'ordre avait permis tout à la fois de permettre aux Français de passer la soirée de "manière tranquille", sans blessé grave et de limiter les exactions. Pour éviter tous débordements, environ 45.000 policiers et gendarmes, dont plus de 8.000 pour Paris et les trois départements de la petite couronne, étaient mobilisés.

A Strasbourg, ville traditionnellement touchée par les incendies de voitures, quelques feux ont été signalés avant 22h00. Aucun feu de voiture ou de poubelle n'avait été déploré en début de soirée pour les pompiers du Nord/Pas-de-Calais et en Champagne-Ardennes. En Picardie, la situation était très calme. A Lyon, une dizaine de voitures brûlées ont été recensées. Situation calme à Bordeaux, Toulouse et Marseille, ou encore dans le Loiret et en Seine-Maritime, où aucune "suractivité" des pompiers n'était enregistrée.