Une méga tempête solaire va frapper la Terre ce week-end

  • A
  • A
Une méga tempête solaire va frapper la Terre ce week-end
@ reuters
Partagez sur :

DÉCOIFFANT - Elle s’est déclenchée mercredi et devrait atteindre notre planète ce week-end.

Par Toutatis, le ciel va nous tomber sur la tête ! Enfin, presque. Tout de même, le soleil a connu deux éruptions mardi, puis, mercredi. Et selon Sciences et Avenir, elles vont avoir des conséquences pour notre planète.

>> LIRE AUSSI - "Pour photographier le ciel, l'esthétique ne suffit pas"

1.500 km par seconde. Mardi a eu lieu une première éruption solaire. Le résultat ? Un nombre incalculable de particules qui sont projetées en direction de la Terre à une vitesse de 1.500 kilomètres par seconde. Cette tempête n’a pas eu d’effets importants sur notre planète.

Des satellites déboussolés ? Jusqu’ici tout va bien mais mercredi, une deuxième éruption a eu lieu sur le soleil, classée par les scientifiques catégorie X, c'est-à-dire la plus élevée. Les particules issues de cette éruption sont actuellement en direction de la Terre et devraient la frapper ce week-end. Le champ magnétique de notre planète va dévier la grande majorité de ces particules. 

Regardez les images de la tempête de mercredi, capturées par l'Observatoire des dynamiques du soleil de la Nasa :

Seuls les satellites ont de souci à se faire. Plus ils sont éloignés de la Terre, moins ils sont protégés par sa magnétosphère. Les particules, chargées électriquement, pourraient abîmer leurs panneaux solaires, dégrader leur électronique ou encore brouiller leurs télécommunications. Si votre GPS ne fonctionne pas ce week-end, inutile donc de le remuer dans tous les sens, le problème viendra de l’espace. 

Bonne nouvelle pour les amoureux du ciel. Si vous aimez vous perdre dans la contemplation des astres et si vous êtes à une latitude élevée, sachez que les tempêtes solaires entraînent des aurores boréales. En effet, ce phénomène est le fruit de la rencontre entre, d'un côté, des particules issues de vents solaires et de l'autre, les particules de la haute atmosphère.

>> LIRE AUSSI - Nasa : un "mastodonte" à la conquête de Mars pour 2018