Une étude alerte sur la faible reproduction des éléphants de forêt

  • A
  • A
Une étude alerte sur la faible reproduction des éléphants de forêt
@ AFP
Partagez sur :

Il faudrait près d'un siècle pour que les éléphants de forêt d'Afrique centrale retrouvent leur niveau de population de 2002, selon une étude. 

Même si le braconnage était éradiqué, il faudrait près d'un siècle pour que les éléphants de forêt d'Afrique centrale retrouvent leur niveau de population de 2002, s'alarme une étude parue mercredi, pointant le faible taux de reproduction de ces grands animaux.

Une population qui ne cesse de chuter. L'éléphant de forêt - une des deux espèces d'éléphants d'Afrique avec l'éléphant de savane - a vu sa population chuter de 65% entre 2002 et 2013 du fait de la chasse illégale, indiquent les chercheurs. Ces animaux, qui vivent dans les forêts du Cameroun, du Gabon, de République centrafricaine ou du Congo, étaient environ 500.000 en 1993; ils ne sont plus que 100.000 en 2013. Dans le passé, ils ont atteint le nombre de 2 millions, précise un des auteurs de l'étude, George Wittemyer, de la Colorado State University.

Moins étudiés que leurs cousins d'Afrique. Ciblés pour leur viande et l'ivoire de leurs défenses, les éléphants de forêt sont un peu plus petits, et aussi moins étudiés que leurs cousins de la savane. L'équipe de George Wittemyer a analysé les données de suivi, sur des décennies, des naissances et morts des éléphants du Dzanga Bai, un parc de la République centrafricaine. Selon leurs conclusions, l'espèce se reproduit bien plus lentement que celle des savanes. Les femelles ne commencent à se reproduire qu'à partir de l'âge de 20 ans, et ne donnent naissance que tous les 5 ou 6 ans. Leurs cousines de la savane, elles, commencent à 12 ans, avec un petit tous les 3 ou 4 ans.

"Au moins 90 ans pour que les éléphants de forêt récupèrent". "Cela signifie qu'il faudra au moins 90 ans pour que les éléphants de forêt récupèrent" des pertes liées au braconnage, soulignent les chercheurs. Les restrictions actuelles sur le commerce de l'ivoire se basent sur un taux de reproduction surestimé, préviennent-ils, ajoutant qu'il faudra en tenir compte pour établir de nouvelles normes. La Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d'extinction doit se réunir à partir du 24 septembre à Johannesburg. Les éléphants de forêt sont aussi essentiels à leur environnement, contribuant à disperser les graines de nombreuses espèces d'arbres. Les arbres, en retour, absorbent les gaz à effet de serre nocifs pour le climat.