Un module retrouvé sur Mars après 11 ans de disparition

  • A
  • A
Un module retrouvé sur Mars après 11 ans de disparition
@ ESA / AFP
Partagez sur :

MIRACLE - À la grande surprise de l'Agence spatiale européenne, son module Beagle 2, disparu en 2003, a été retrouvé à la surface de Mars. 

C'est la fin d'un mystère de 11 ans. L'agence spatiale britannique a annoncé vendredi avoir retrouvé son atterrisseur, Beagle 2, à la surface de la planète Mars. "Beagle 2, qu'on pensait perdu depuis 2003, a été retrouvé partiellement déployé sur la surface de la planète", a expliqué, photos à l'appui, la UK Space Agency dans un communiqué. 

>> EN IMAGES - Allô Rosetta ? Ici Philae

Déclaré perdu en février 2004. L'atterrisseur de la sonde européenne Mars Express n'avait plus donné signe de vie à partir de la fin du mois de décembre 2003. Tout contact avait en effet été perdu après le largage du module détaché de la sonde, au terme de six mois de voyage sur plus de 400 millions de kilomètres. Cet évanouissement avait terni les débuts de la mission Mars Express, première exploration d'une autre planète du système solaire lancée par l'Agence spatiale européenne (ESA), qui se poursuit toujours actuellement.

Les scientifiques qui avaient conclu que Beagle 2 s'était désagrégé dans l'espace, l'avaient déclaré définitivement perdu le 6 février 2004. 

Retrouvé intact à 5 kilomètres de son site d'atterrissage. L'agence spatiale britannique peut désormais se féliciter d'un demi-succès. En effet, des images de haute-résolution prises par la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter attestent que le module de 70 kilos repose bien à la surface de Mars, apparemment intact. Qui plus est, il est situé à cinq kilomètres seulement de son site d'atterrissage initial, le bassin poussiéreux d'Isidis Planitia. 

Beagle 2 photo Mars 1280x640

© ESA / AFP

"Au moins, il y a eu atterrissage". "Les phases complexes d'approche, de descente et atterrissage semblent s'être parfaitement déroulées, et c'est malheureusement dans la phase finale que Beagle 2 a rencontré des problèmes", a commenté David Parker, le patron de la UK Space Agency. Après avoir déployé ses parachutes et airbags, le module aurait dû normalement déployer l'ensemble de ses "pétales" dotés de capteurs solaires. Ces derniers lui auraient permis alors d'émettre via une antenne. On ne peut plus parler "d'échec total". "Au moins, il y a eu atterrissage sur Mars", a souligné vendredi le directeur général de l'agence spatiale européenne (ESA), Jean-Jacques Dordain, dans un point de presse à Paris.

>> LIRE AUSSI - Ariane 6 : la nouvelle fusée s'envolera en 2020

Un problème non identifié. Mark Sims, de l'université de Leicester, a invoqué "la plus grande malchance" pour  expliquer la contre-performance de Beagle 2. "Peut-être un lourd rebond qui a pu distordre la structure... ou une  fuite dans un des coussins gonflables", a-t-il avancé.

Toujours à la recherche d'une vie martienne. Le 2 juin 2003, la sonde Mars Express avait décollé de Baïkonour, au Kazakhstan, lancée par une fusée Soyouz-Fregat. Elle avait pour ambition de déceler des signes de vie sur la planète rouge. Tout comme le robot Philae de la sonde Rosetta, Beagle 2 était équipé d'une foreuse afin de recueillir, à deux mètres de profondeur, des échantillons du sous-sol martien. 

Mars Express a continué son travail, sans Beagle. Être orpheline de son atterrisseur n'a pas empêché la sonde Mars Express d'effectuer son travail. Et elle n'a pas chômé en accumulant les observations scientifiques sur l'atmosphère de Mars, sa structure, sa géologie et le vent solaire. Enfin, elle a établi une précieuse carte en couleur et en relief des volcans, rifts, calottes polaires et champs de dunes de Mars. 

>> LIRE AUSSI - Du méthane trouvé sur la planète Mars, une preuve de vie ? 

Toutes les semaines, retrouvez A la vitesse de la lumière avec Alain Cirou, notre spécialiste de l'espace :