Trois astronautes sur quatre ont une vision altérée après un long séjour dans l'espace

  • A
  • A
Trois astronautes sur quatre ont une vision altérée après un long séjour dans l'espace
L'astronaute français Thomas Pesquet est arrivé sur la Station Spatiale Internationale la semaine dernière (photo d'illustration). @ ESA/NASA / AFP
Partagez sur :

Selon une étude, près de 75% des astronautes qui fongs séjours dans l'espace ont des problèmes de vision. 

La vision de près des trois quarts des astronautes effectuant de longs séjours dans l'espace est altérée. Selon une étude publiée lundi, cette altération serait due aux changements dans la pression du fluide cérébrospinal résultant de la microgravité.

Un aplatissement du globe oculaire. Ces dix dernières années alors qu'un nombre grandissant d'équipages passent des mois dans la Station spatiale internationale (ISS), les médecins de la Nasa ont commencé à observer des troubles de la vision chez les astronautes restant longtemps sur orbite. Leur vision était trouble et des examens plus approfondis ont montré plusieurs changements structurels, dont notamment un aplatissement du globe oculaire et une inflammation de l'extrémité des nerfs optiques.

Une explication fausse à la base. Ce syndrome, appelé "Trouble de la vue résultant du changement de pression intracrânienne", a fait l'objet d'une présentation à la conférence annuelle de la Société Nord Américaine de Radiologie (RSNA) qui se tient cette semaine à Chicago (Illinois, nord). Initialement, les scientifiques pensaient que les problèmes de vision résultaient de la manière dont le sang circulait dans le corps en microgravité, notamment en se concentrant davantage dans la tête, explique Noam Alperin, professeur de radiologie et d'ingénierie biomédicale à la faculté de médecine de l'université de Miami (Floride), le principal auteur.

La Nasa effectue des recherches pour trouver un remède à ce problème oculaire en vue de missions habitées de très longue durée dans l'espace, notamment l'envoi d'astronautes vers Mars à l'horizon des années 2030.