Simulation de vie sur Mars : 6 volontaires de la Nasa sortent d'un an d'isolement

  • A
  • A
Simulation de vie sur Mars : 6 volontaires de la Nasa sortent d'un an d'isolement
University of Hawaii at Manoa. @ Neil Scheibelhut / University of Hawaii at Manoa / AFP
Partagez sur :

Fromage en poudre, boîtes de thon... six volontaires de la Nasa racontent leur année d'isolement, presque sur Mars. 

Les six volontaires qui s'étaient isolés pendant un an à Hawaii afin de récolter des informations utiles pour envoyer des astronautes sur Mars ont terminé leur expérience, dimanche, la plus longue mise à l'écart menée par les Etats-Unis.

Le plus difficile ? La monotonie. L'équipage, trois hommes et trois femmes, était confiné sur la côte nord de l'île Mauna Loa, à Hawaï, dans un dôme de 11 mètres de diamètre et six mètres de hauteur. Le Français Cyprien Verseux, exobiologiste, s'est dit "très emballé de retrouver des sensations comme se balader à l'air libre, rencontrer des inconnus et manger des produits frais". Le plus difficile pour les isolés était "la monotonie", a-t-il expliqué dans une interview sur Périscope, conseillant aux prochains volontaires éventuels d'emporter des livres avec eux.



Une expérience satisfaisante. Les participants à l'expérience n'ont pas vécu les changements de saison à l'intérieur du dôme et ne pouvaient sortir qu'avec une combinaison spatiale. Néanmoins, le Français était satisfait des résultats de l'expérience. "Une mission sur Mars est réaliste dans un futur proche", a-t-il expliqué. "Les problèmes techniques et psychologiques peuvent être surmontés". L'équipage comprenait également une physicienne allemande et quatre Américains : un pilote, un architecte, une médecin/journaliste et une scientifique spécialisée dans les sols. Le dôme était situé dans une zone avec peu de végétation et sans animaux.

Un test éprouvant mais concluant.L'équipe s'était enfermée le 28 août 2015. Les volontaires disposaient chacun d'une petite chambre, avec un espace pour un lit de camp et un bureau. Ils se nourrissaient de fromage en poudre ou de boîtes de thon. Ils avaient un accès limité à internet. L'Agence spatiale américaine voulait apprendre un maximum de choses sur la cohésion et l'évolution psychologique des membres de telles missions isolées avant de tenter d'envoyer des astronautes vers la Planète Rouge, ce qu'elle espère faire dans les années à l'horizon 2030.