Le mois de septembre 2014, le plus chaud depuis... 1880

  • A
  • A
Le mois de septembre 2014, le plus chaud depuis... 1880
@ REUTERS
Partagez sur :

CLIMAT - Selon la Nasa, le mois de septembre 2014 a été le plus chaud des mois de septembre depuis 1880. Et l'année 2014 emprunte le même chemin.

À l'échelle mondiale, septembre 2014 a été chaud. Tellement chaud que c'était du jamais vu de tous les mois de septembre depuis ...1880. C'est en tout cas la conclusion des calculs de la Nasa et de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) rapportée par Sciences et Vie. La NOAA prédit même que l'année 2014 dans son ensemble pourrait aussi être la plus chaude depuis le 19e siècle. Mais les scientifiques n'en concluent pas pour autant que c'est la faute au réchauffement climatique. 

>> LIRE AUSSI - Quand les maths expliquent le déclin de la faune du Nil

Une moyenne de 14,7 degrés. La moyenne faite par la Nasa des données récoltées à divers points du globe est formelle : 14,7 degrés.  Il a même été plus chaud que le mois d'août. Ces dernières décennies, la moyenne pour les mois de septembre s'approche plus des 14 degrés.

2014, l'année record ? La NOAA prédit même que l'année 2014 pourrait être une des plus chaudes, voir l'année la plus chaude depuis 134 ans, sauf si des événements climatiques extraordinaires, et donc inattendus, apparaissent d'ici fin décembre.

Anticyclone et océan Pacifique chaud. Des explications météorologiques expliquent ce nouveau record. Un anticyclone, qui a dégagé le ciel et permis plus d'ensoleillement, s'est installé pendant plusieurs mois au-dessus de l'Amérique de l'ouest. L'Amérique latine a, pour sa part, bénéficié d'un océan Pacifique chaud, profitable sur le moment mais qui couve en réalité un nouvel épisode El Nino. Ce phénomène, qui revient tous les ans, provoque des ouragans en Polynésie et une hausse des précipitations en Amérique du sud.

La faute au réchauffement climatique ? Ce mois de septembre exceptionnel n'est cependant pas forcément lié au réchauffement climatique. En effet, l'analyse du climat englobe une multitude de paramètres et ne peut se contenter de la seule température de l'air. Les études mensuelles sont également insuffisantes pour conclure à un tel réchauffement. Si l'on en croit les études annuelles, il ferait même en quelque sorte une pause. En effet, de 2003 à 2013, les températures annuelles ont cessé d'augmenter. 

Mais si on se penche sur les bilans décennaux, le réchauffement devient une réalité puisque sur les 10 décennies du 20e siècle, chacune est plus chaude que sa prédécesseur, mis à part les années 1940.

>> LIRE AUSSI - Le triangle des Bermudes, enfin expliqué ?