"Entre 20 et 30 alertes sismiques par an en France"

  • A
  • A
Partagez sur :

Au lendemain du séisme en Charente-Maritime, le sismologue François Schindelé est venu décrypter la situation sismique française, où le risque de séismes importants est assez limité.

INTERVIEW

La terre a tremblé en Charente-Maritime jeudi, sans faire de dégâts. De quoi rappeler toutefois que la France peut aussi connaître des épisodes sismiques. Chaque année, il y a "entre 20 et 30 alertes sismiques, des événements de magnitude supérieure à 3,5 mais essentiellement dans les Pyrénées et les Alpes", a expliqué vendredi dans la Matinale le sismologue François Schindelé sur Europe 1. 

Les risques de tremblements de terre se concentrent d'ailleurs principalement sur ces massifs montagneux. "Les deux grandes zones sismiques en France sont les Pyrénées et les Alpes où on a une sismicité moyenne, où on pourrait avoir des séismes de magnitude 6 et même un peu supérieurs", indique l'expert. Pour lui, le risque de "big one", un séisme dévastateur, est cependant très limité "à part s'il est situé sous une ville et dans ce cas-là on peut avoir des dégâts", admet-il. 

Le principal risque en France ? L'Outre-mer

Des répliques possibles en Charente-Maritime. En-dehors de ces zones, même si "les deux tiers du pays sont considérés à sismicité très faible ou faible", des tremblements de terre peuvent aussi survenir ailleurs. La Charente-Maritime, située sur "de très vieilles failles qui datent de plusieurs centaines de millions d'années", en est l'exemple. "C'est une région qui a tremblé il y a une cinquantaine d'années, donc ce n'est pas un événement exceptionnel. C'est une région où même au niveau historique un événement avait provoqué en 1799 beaucoup de dégâts", poursuit François Schindelé. Peu de risques pour autant que le séisme de jeudi soit suivi d'un tremblement de terre plus puissant. "Par contre, il peut être suivi de répliques de magnitude 3 ou 4, dont certaines pourraient être ressenties", prévient-il.

Les Antilles, zone à risque. Au-delà de la métropole, les risques les plus importants se concentrent dans les Antilles, en Guadeloupe et Martinique. "Ces îles sont situées au-dessus d'une zone de subduction, c'est-à-dire qu'il y a une plaque plus lourde qui passe en-dessous d'une autre. Il y a eu des séismes très importants au 19e siècle de magnitude 7, 7,5 et on peut s'attendre dans cette région à des séismes d'une telle magnitude", explique François Schindelé. Mais pour l'heure, il est encore impossible pour les scientifiques de prévoir la date et l'ampleur d'un tel tremblement de terre.