Philae va-t-elle répondre à la sonde Rosetta ?

  • A
  • A
Philae va-t-elle répondre à la sonde Rosetta ?
@ ESA
Partagez sur :

SCIENCES - Les scientifiques vont tenté de ranimer le module Philae, en hibernation sur Tchouri depuis novembre. 

Philae va-t-il se réveiller ? Réponse dans les prochains jours, a promis mercredi l'Agence spatiale européenne (ESA). Les scientifiques vont en effet tenter de sortir le module de son hibernation, largué par la sonde Rosetta en novembre sur la comète Tchouri et situé actuellement à 500 millions de kilomètres de la Terre. Il s'était éteint au bout de trois jours, faute d'un rayonnement solaire suffisant pour alimenter ses panneaux. Désormais, la comète est suffisamment proche de notre étoile pour espérer un réveil du petit robot. 

>> Pour connaître les chances de réussite et ce qui attend Philae après son réveil, Europe 1 a interrogé Francis Rocard, astrophysicien et responsable au Cnes de l'exploration du système solaire.



Rosetta envoie un ordre à Philae. A partir de jeudi et jusqu'au 20 mars, les scientifiques de l'Esa et du Cnes vont tenter de réanimer Philae. Mais pas directement. Pour contacter le module, ils passent en effet par la sonde Rosetta. "Le transpondeur de Rosetta a été allumé et il envoie l'ordre à Philae de faire fonctionner ses panneaux solaires", explique à Europe 1 Francis Rocard. Si Philae est réveillé, il sera alors en capacité de répondre et "si nous avons de la chance, il enverra même une réponse".

Mais ces communications ne peuvent pas se faire à tout moment. D'ici le 20 mars, les scientifiques disposeront de onze fenêtres de tir où Rosetta sera idéalement située pour communiquer avec le petit robot. 

Philae doit être éclairé et… se réchauffer. Actuellement, Philae dispose de deux fois plus de rayonnement solaire qu'en novembre. Assez pour être réanimé ? "Les chances sont minces pour qu'il se réveille", tempère l'astrophysicien, "d'autant plus qu'il doit aussi se réchauffer en passant au-dessus des -45 degrés". "Mais ça ne coûte rien d'essayer et puis, si cela ne marche pas, ce ne sera que repoussé à avril ou mai prochains où Tchouri sera encore plus proche du soleil", ajoute-t-il.

Philae pris en photo par Rosetta lors de sa descente vers Tchouri :

Philae pris par Rosetta 1280x640

© ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team / AFP

"Le faire travailler 2 heures par jour". Pour favoriser le remise en activité du module, les scientifiques ont changé les modalités de son réveil. Normalement, Philae devait se ranimer une fois ses batteries pleines. Mais ils ont finalement décidé d'avancer son réveil en utilisant directement l'énergie produite, même s'il y en a très peu. Un fonctionnement sur une longue durée n'est donc pas l'objectif mais "plutôt 1h30 à 2 heures de travail par jour, en sachant qu'une journée sur la comète dure 12 heures", explique Francis Rocard.

La foreuse va-t-elle fonctionner ? La priorité des scientifiques, si Philae se réveille, est "de faire fonctionner ce qui n'a pas fonctionné en novembre", expose le responsable du Cnes. "La foreuse avait tourné dans le vide", rappelle-t-il. Pour éviter un nouvel échec, il est donc prévu de faire tourner Philae sur lui-même de quelques dizaines de degrés "afin que la foreuse se rapproche du sol". 

Une photo prise par Philae du lieu où il a atterri :

Tchoury par Philae 1280x640

© ESA

Le plus grand danger : "le cul par-dessus tête". Mais l'opération sera complexe, prévient Francis Rocard. "Il y a des contraintes : un pied de Philae qui ne touche pas le sol et sur la comète, la gravité fait que le module ne pèse que quelques grammes". Résultat, lorsque la foreuse touchera le sol, Philae peut être soulevé, basculer et "se retrouver cul par-dessus tête". "Le plus grand risque", selon l'astrophysicien, "car Philae a toutes ses antennes situées sur sa tête". 

L'ultime solution serait de déclencher les harpons. Situés dans les pieds de Philae et destinés à ancrer le robot au sol, ils n'ont pas fonctionné lors de son atterrissage, d'où ses rebonds successifs jusqu'à un site d'atterrissage non prévu initialement. Désormais, ils pourraient être utiles pour empêcher Philae de bouger. 

Regardez l'aventure de Rosetta et de Philae dans ce court dessin animé de l'ESA :



>> LIRE AUSSI - Voici ce que Philae a pu "renifler" sur la comète 

>> LIRE AUSSI - Philae : un petit bruit qui en dit beaucoup sur la comète 

>> EN IMAGES - Allô Rosetta, ici Philae 

>> VIDÉO - Les images du vol rasant de Rosetta au-dessus de "Tchouri"

>> LIRE AUSSI - Après Rosetta, préparez-vous à décoller pour Jupiter