Mars émerge d'un long âge glaciaire, selon des scientifiques

  • A
  • A
Mars émerge d'un long âge glaciaire, selon des scientifiques
Un paysage de la planète rouge. Image d'illustration.@ HANDOUT / NASA/JPL-CALTECH/MSSS / AFP
Partagez sur :

Depuis la fin de cette période glaciaire, 87.000 km3 de glace se sont accumulés aux pôles de la planète rouge.

Mars émerge d'une longue période glaciaire selon des mesures de ses calottes de glace polaires, ce qui pourrait aider à déterminer quand la planète rouge a été habitable, selon une étude publiée jeudi dans la revue américaine Science. Cette découverte est basée sur des observations faites avec un radar à bord du Mars Reconnaissance Orbiter de la Nasa.

Des différences avec la Terre. Ces travaux permettent de mieux comprendre les variations climatiques au cours du temps et en quoi elles diffèrent de l'évolution du climat terrestre. Comme sur la Terre, Mars connaît des cycles saisonniers mais qui sont plus longs, ce qui agit sur la distribution de la glace. Ces cycles pourraient aussi être plus prononcés sur la planète rouge. Cela s'explique par le fait que l'axe de rotation de Mars connaît de bien plus grandes variations allant jusqu'à 60 degrés sur des périodes s'étendant sur des centaines de milliers à des millions d'années. En comparaison, l'axe autour duquel tourne la Terre n'a varié que de 2 degrés sur les mêmes périodes.

87.000 kilomètres cube de glace. Cette grande variabilité de son axe de rotation détermine les quantités de rayonnement solaire atteignant les différentes latitudes à la surface de la planète. Avec le réchauffement aux latitudes moyennes, les glaces se sont accumulées aux pôles. Depuis la fin du dernier âge glaciaire il y a 370.000 ans environ, les chercheurs ont calculé, en mesurant l'épaisseur de la calotte polaire, qu'il y avait eu une accumulation de 87.000 kilomètres cube de glace.

Déterminant pour envoyer des humains. Ces résultats permettent de comprendre l'histoire de l'accumulation de la glace aux pôles en fonction des axes de rotation de la planète et de ses orbites autour du soleil, estiment ces scientifiques. "L'étude de la glaciologie sur Mars est importante pour l'exploration humaine de la planète dans le futur car l'eau sera essentielle pour permettre l'établissement d'un avant-poste habitable", explique un des auteurs de l'étude. La Nasa envisage une première mission habitée vers la planète rouge à l'horizon des années 2030.