L'homme de glace Ötzi avait mangé du lard avant de mourir

  • A
  • A
L'homme de glace Ötzi avait mangé du lard avant de mourir
Ötzi a mangé de la viande séchée peu de temps avant de mourir. @ ANDREA SOLERO / AFP
Partagez sur :

Les chercheurs ont établi, grâce à une récente découverte, que l'homme de glace Ötzi maîtrisait la technique du séchage de la viande il y a déjà 5.000 ans.

L'homme des glaces Ötzi, dont la dépouille momifiée fut découverte en 1991 dans un glacier alpin à la frontière entre l'Italie et l'Autriche, avait probablement mangé du lard de bouquetin peu avant sa mort, a annoncé le directeur de l'institut chargé des recherches sur la momie. "Il a mangé en dernier une viande très grasse et séchée, sans doute une sorte de lard", a déclaré le directeur de cet institut basé à Bolzano, en Italie, Albert Zink, lors d'une conférence à Vienne mercredi dernier.

Ötzi maîtrisait la technique du séchage de la viande. Le fait qu'Ötzi avait mangé du bouquetin avant d'être tué par une flèche il y a plus de 5.000 ans sur les hauteurs de la vallée de l'Ötz, à 3.210 mètres d'altitude, était connu depuis 2011. Mais les chercheurs pensaient jusqu'à présent qu'il s'agissait de viande cuite. Or de nouvelles études moléculaires du contenu de son estomac ont établi qu'il s'agissait de viande séchée. Celle-ci "conserve ses fibres", tandis que "ces structures sont détruites à la cuisson", souligne Albert Zink. Cette découverte prouve qu'Ötzi ou ses proches maîtrisaient la technique du séchage de la viande, disposant ainsi de la possibilité de conserver et de transporter celle-ci sans qu'elle ne se détériore, relève-t-il.

Une récente vague migratoire. Découvert par des randonneurs le 19 septembre 1991, le corps et les équipements remarquablement conservés d'Ötzi sont une mine de renseignements inégalée pour les chercheurs. L'analyse de bactéries trouvées dans son estomac a notamment suggéré qu'une grande vague migratoire du Proche-Orient vers l'Europe était survenue plus récemment qu'estimé auparavant. La dépouille d'Ötzi, conservée au musée de Bolzano, attire quelque 260.000 visiteurs par an.