Les singes en danger d'extinction : "C'est nous qui sommes en train de les tuer"

  • A
  • A
Partagez sur :

Invitée dans la matinale d'Europe 1 vendredi, la primatologue Shelly Masi s'alarme du risque d'extinction de 60% des espèces de primates.

INTERVIEW

Le constat est particulièrement inquiétant. Environ 60% des primates, les plus proches parents biologiques de l'homme dans le monde animal, sont menacés d'extinction en raison de la dévastation résultant des activités humaines, révèle mercredi la revue américaine Science Advances.

La disparition de leur habitat en cause. Invitée de la matinale d'Europe 1 vendredi, la primatologue Shelly Masi tire la sonnette d'alarme. "C’est nous qui sommes en train de les tuer", lâche-t-elle. La cause principale de cette extinction programmée, "c’est la disparition de l’habitat, à cause de l’exploitation forestière, de l’agriculture et de l’exploitation minière. Le braconnage est également en cause", explique la scientifique. "Ce n’est pas la population locale qui a un impact, mais les multinationales", assure Shelly Masi.

Des conséquences "très graves" pour l'homme. La disparition des primates de la surface de la Terre aurait des conséquences "très graves sur l'espèce humaine". "Ce sont nos cousins vivants les plus proches. Les singes, on les appelle les jardiniers de la forêt. C'est grâce à eux que la forêt se régénère. Et forêt tropicale est le poumon de la terre", souligne la scientifique. C'est donc la pérennité de l'homme sur Terre qui serait remise en cause.

Stopper la déforestation. La primatologue l'assure, il est encore temps d'enrayer le phénomène. "Il faut faire quelque chose aujourd’hui. Aujourd'hui, on déforeste l’équivalent d’une fois et demie Paris chaque jour", s'alarme Shelly Masi. Et si la déforestation va si bon train, c'est en partie à cause de la demande toujours grandissante d'huile de palme. "C’est la première cause de la disparition de l’orang-outan", alerte la scientifique qui demande d'"arrêter de consommer les produits alimentaires ou cosmétiques à base d’huile de palme". "Il faut aussi ne pas changer son portable ou son ordinateur chaque année", prévient Shelly Masi. "Il y a un matériau extrait dans la forêt tropicale du Congo et de l’Amazonie, qui s’appelle le coltan, et qui est la première cause de la déforestation illégale du Congo". Chacun peut faire un geste pour préserver nos cousins les primates.