05/12/2017 - 07h18

La société Carmat veut lever 46 millions d'euros en émission de nouvelles actions

© THOMAS SAMSON / AFP

Pour financer son développement, notamment à l'international, la société française qui a mis au point un cœur artificiel va émettre entre 2,3 et 2,3 millions d'actions.

Carmat a annoncé mardi l'émission de nouvelles actions pour un montant de 46 millions d'euros, avec une priorité pour les actionnaires actuels, afin de poursuivre le développement de son cœur artificiel.

Des actions à 20 euros maximum. Cette opération, annoncée dans les grandes lignes aux actionnaires en avril dernier, comporte une clause d'extension pouvant porter le montant levé jusqu'à un maximum de 52,9 millions d'euros, selon un communiqué du groupe. Au total, entre 2,3 et 2,6 millions d'actions devraient être émises au prix de 20 euros maximum, soit une décote de plus de 20% par rapport au cours actuel.

Les actionnaires actuels bénéficieront d'un "délai de priorité à titre irréductible", c'est-à-dire qu'ils pourront souscrire durant quatre jours un nombre de nouvelles actions proportionnel à leur part dans Carmat. Ce droit ne pourra pas être cédé. À l'issue de ce délai, les actions restantes seront proposées publiquement.

Un besoin de financement anticipé. Stéphane Piat, le PDG de Carmat, a expliqué que la société avait "un besoin de refinancement" à partir du "début du second trimestre de l'année 2018". "Nous le faisons maintenant, parce que nous n'avons pas envie de mettre la boite 'sous stress' et parce que nous voulons que les équipes se concentrent sur l'exécution du plan [de développement] et non pas sur la levée de fonds", a-t-il précisé. Une fois l'opération terminée, la trésorerie de Carmat permettra à la société de tenir jusqu'au second semestre 2019, selon Stéphane Piat.

34,5 millions d'euros déjà acquis. Plusieurs actionnaires représentant 19,2% du capital se sont déjà engagés à souscrire de nouvelles actions "à hauteur de leur quote-part", selon le communiqué, ainsi qu'un complément de 27,3 millions si cela s'avère possible. Au total, les engagements des différents investisseurs s'élèvent à 34,5 millions d'euros, soit 75% de la somme espérée par Carmat.

Des projets de développement. L'argent levé doit permettre, pour moitié, de finaliser l'étude pivot, conduite à l'international et qui doit aboutir à un marquage CE d'ici fin 2018, selon les attentes de Carmat. Un tiers de la somme sera investie dans de nouvelles capacités de production, avec un nouveau site prévu pour le début de l'année prochaine afin de faire face à "l'accélération de la cadence de recrutement" des patients. Le reste servira au démarrage d'une étude clinique aux États-Unis et au futur lancement commercial.