Rosetta : "Les comètes, c’est l’origine de la vie"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Jean-Yves Le Gall, le président du Centre national d’études spatiales revient sur "l'acométissage" réussi du robot Philea.

L'INTERVIEW. C'est un bond en avant historique pour la science. Mercredi, Philea a été le premier robot de l'histoire à se poser sur une comète, "Tchouri" de son petit nom, à 500 millions de kilomètres de la Terre. Jean-Yves Le Gall, le président du Centre national d'études spatiales (CNES), revient sur cette avancée incroyable au lendemain de l'exploit. Il parle de trois bonnes nouvelles, en ce lendemain de fête : "Philae est posé sur la comète. Il reçoit de l'énergie, ses panneaux solaires sont allumés et lui permettent d'envisager un futur. Et nous sommes en contact permanent avec lui".

Depuis son "acométissage", "Philae émet et envoie des informations à Rosetta", le satellite en orbite autour de la comète, qui "nous les retransmet". Le président du CNES refuse la déconvenue des harpons comme un échec. Les grappins qui devaient accrocher fixement le robot sur la surface de l'objet céleste ne se sont pas déployés. "L'information la plus importante, c'est que nous sommes bien posés. Nous sommes entrain de faire un check-up des harpons", explique le scientifique. Il esquisse un début d'explication à cette avarie : "On ne s'est pas posé sur [une surface] dure, mais sur du mou", "c'est inattendu".

>> VOIR AUSSI EN IMAGES - Allô Rosetta ? Ici Philae

Regardez l'intégrale de l'interview de Jean-Yves Le Gall :



Jean-Yves Le Gall : "On est en direct avec Philae"par Europe1fr

Philae vivra. Par ailleurs, il se réjouit du fonctionnement des panneaux solaires du robot, qui lui permettent "d'envisager une vie beaucoup plus longue, au-delà des 60 heures" d'autonomie que lui donne sa batterie. Quant aux caméras embarquées, "on aura la preuve qu'elles fonctionnent quand on aura des images", jeudi matin probablement. Jean-Yves Le Gall rappelle qu'il faut un certain délai pour recevoir les informations envoyées par Rosetta, "28 minutes", le temps que les signaux traversent les 500 millions de kilomètres qui séparent le satellite de la Terre.

"A l'origine de la vie". La prochaine étape sera l'analyse scientifique de toutes les informations envoyées par Philae, qui va scruter la comète sous toutes les coutures. "Au bout des recherches", projette le dirigeant du CNES, "les comètes, c'est l'origine de la vie". "Si nous sommes à Europe 1 aujourd'hui, c'est parce que, il y a des milliards d'années de cela, des comètes ont bombardé la Terre. Elles y ont apporté de l'eau, des molécules pré-biotiques qui ont fait de l'ADN et donc de la vie en se combinant". Une formidable épopée scientifique s'ouvre avec Philae.

>> LIRE AUSSI - "Tchouri", la comète qui sent l'oeuf pourri

Alain Cirou vous raconte la formidable Odysée de Rosetta et de son petit robot Philae :



VIDEO - La formidable odyssée Philae le petit...par Europe1fr