ExoMars sur la piste de la vie sur la planète rouge

  • A
  • A
ExoMars sur la piste de la vie sur la planète rouge
@ AFP
Partagez sur :

La mission européenne, montée en partenariat avec la Russie, amorce sa descente dimanche sur la surface de la planète rouge pour y trouver des traces de vie. 

Treize ans après le lancement de la sonde Mars Express, toujours en vie bien que déclinante, l'Europe est repartie à la conquête de la planète rouge avec l'ambitieuse mission ExoMars, montée en partenariat avec la Russie.

Sur la piste de la vie. La mission tire son nom de l'exobiologie, science qui étudie les possibilités d'existence de la vie dans l'Univers en dehors de la Terre. ExoMars s'est dotée de deux Sherlock Holmes chargés de pister la vie sur la planète rouge qui a connu dans un lointain passé des températures plus chaudes et de l'eau liquide.  Le premier détective est la sonde TGO (Trace Gas Orbiter) qui vient d'arriver vers Mars dans le cadre d'ExoMars 2016. Elle commencera à travailler début 2018. TGO est chargé de traquer des signes de vie actuelle en reniflant des gaz à l'état de trace, notamment le méthane, dans l'atmosphère martienne.

Le second détective est un rover qui sera envoyé plus tard dans le cadre d'ExoMars 2020. Il sera dédié à la quête de la vie passée. L'engin, qui se déplacera dans une zone d'argiles extrêmement anciennes, devra percer le sol jusqu'à deux mètres de profondeur et prélever des échantillons qui seront analysés sur place.  L'espoir est de trouver des traces de molécules organiques qui auraient pu se trouver sur Mars il y a environ 3,9 milliards d'années.

Percer le mystère du méthane. Des missions précédentes, dont Mars Express, ont permis de déceler une faible présence de méthane (CH4) dans l'atmosphère martienne. Mais d'où vient-il? Sur Terre, 90% de ce gaz est d'origine biologique et provient principalement de la décomposition de matières organiques. Sa détection peut donc constituer un indice possible de la présence actuelle d'une vie micro-organique sur Mars. Le méthane a en effet une durée de vie limitée. La sonde TGO va essayer de confirmer cette présence de méthane et d'analyser s'il est d'origine biologique ou bien s'il est le résultat d'un processus géologique (activité volcanique).

A quoi sert Schiaparelli ? Le module d'entrée, de descente et d'atterrissage EDM, de son petit nom Schiaparelli, est une démonstration de technologie. En clair, l'Europe veut prouver qu'elle sait faire atterrir un engin sur Mars et le faire fonctionner ensuite. L'Europe a déjà posé avec succès le module Huygens à la surface de Titan, lune glacée de Saturne, en 2005. Elle a aussi réalisé une première historique en novembre 2014 en réussissant à faire atterrir le petit robot Philae sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko.

Equipé uniquement de batteries, Schiaparelli ne vivra que quelques jours (dix au maximum). La durée de sa survie dépendra du froid qui règne sur Mars. Plus les températures seront basses, plus il consommera de l'énergie pour pouvoir travailler. L'atterrisseur est équipé d'une station météo, appelée Dreams. Pendant les deux ou trois jours de son fonctionnement, elle mesurera la pression, la température, la vitesse et la direction du vent. Mais aussi les champs électriques à la surface de Mars, une première.

Vicissitudes. Dans l'exploration spatiale, il faut savoir être opiniâtre. La mission ExoMars a connu bien des vicissitudes au cours des dernières années et elle n'est peut-être pas au bout de ses peines budgétairement. Construite sous la maîtrise d'oeuvre du groupe Thales Alenia Space, elle a d'abord été imaginée par les Européens qui se sont ensuite rapprochés des Etats-Unis pour la développer.

Mais les Américains ont fait défection en 2011 pour des raisons budgétaires. L'Europe a alors noué un partenariat avec la Russie. Celle-ci fournit les lanceurs Proton, des instruments ainsi que la plateforme qui se posera sur Mars avec le rover (volet 2020).

Le coût des deux missions pour l'Agence spatiale européenne (ESA) est actuellement de 1,5 milliard d'euros, indique l'agence. Mais une rallonge budgétaire s'avère nécessaire d'autant plus qu'il y a quelques mois, le deuxième volet de la mission a dû être reporté de deux ans (2020 au lieu de 2018). Le dossier sera sur la table à la prochaine conférence ministérielle de l'ESA début décembre à Lucerne (Suisse). Il sera demandé aux pays membres un supplément de 300 millions d'euros, précise l'Agence.