ExoMars : l'ESA ignore si l'atterrisseur a "survécu ou pas"

  • A
  • A
ExoMars : l'ESA ignore si l'atterrisseur a "survécu ou pas"
@ D. DUCROS / EUROPEAN SPACE AGENCY / AFP
Partagez sur :

Au lendemain de son arrivée sur la planète rouge, le module européen Schiaparelli n'a toujours pas donné signe de vie, a confirmé l'ESA. 

Le module expérimental, qui a atterri mercredi sur la planète rouge, n'a toujours pas donné de nouvelles. L'Agence spatiale européenne (ESA), initiatrice de la mission ExoMars 2018, a reconnu jeudi qu'elle ne savait pas si Schiaparelli "avait survécu ou pas".

Besoin d'éléments supplémentaires. "Nous ne sommes pas encore en mesure de déterminer les conditions (...) dans lesquelles l'atterrisseur a touché le sol" mercredi, a déclaré Andrea Accommazzo, chef des missions du système solaire à l'ESA, depuis le centre européen de contrôle des opérations (ESOC) à Darmstadt, en Allemagne. Il faudra d'autres éléments pour savoir "s'il a survécu structurellement ou pas", a-t-il ajouté. Les données envoyées par Schiaparelli durant sa descente à la sonde TGO ont été téléchargées et sont en voie d'analyse, précise le site Internet de l'agence.

Un silence très inquiétant. Le module Schiaparelli, après un périple de 500 millions de kilomètres à bord de la sonde TGO, a été largué samedi dernier au-dessus de la planète rouge dont il devait toucher la surface mercredi à 16h42. Un premier signal radio était attendu dans les minutes suivantes par les ingénieurs de l'ESA. Or, il est resté silencieux. L'ESA a en effet expliqué que "tout a fonctionné" mais "jusqu'à un certain point seulement". Le module Schiaparelli a en effet "cessé d'émettre environ 50 secondes avant l'heure d'atterrissage prévue", a précisé l'ESA France sur son compte Twitter.

Un échec malvenu. Si cet échec était confirmé, il marquerait durablement l'ESA. La mission ExoMars 2018 était censée être la première étape d'une autre mission, beaucoup plus ambitieuse, prévue en 2020. Elle devait aussi effacer l'échec de l'envoi de Beagle 2 en 2003. Ce dernier module avait été perdu lors de sa descente dans l’atmosphère martienne et n'a été retrouvé qu'en 2015 sur un cliché de la Nasa, en partie endommagé. Les Américains restent pour le moment les seuls à avoir réussi à déposer des rovers sur Mars, Opportunity et Curiosity, arrivés respectivement en 2004 et en 2012 et tous les deux encore en activité.