Et vous, que faites-vous après une poignée de main ?

  • A
  • A
Et vous, que faites-vous après une poignée de main ?
@ ROBERTO SCHMIDT / AFP
Partagez sur :

SCIENCE - C'est scientifique, on sent notre main. Un geste qui permet de connaître l'odeur que dégage nos congénères. 

La poignée de main, geste habituel, presque anodin et de la vie de tous les jours. Si les chiens se sentent pour faire connaissance, sachez que nous faisons de même en nous serrant la main. C'est ce que démontre une équipe de chercheurs israéliens de l'Institut Weizmann dans une étude publiée dans la revue eLife et rapportée par SciencePost. 

Pas seulement avec le sexe opposé. Instaurer un contact physique n'est pas le seul but recherché quand on serre la main d'autrui. En effet, les scientifiques ont démontré que ce geste du quotidien permet littéralement de sentir la personne qu'on a en face de nous et plus précisément, ses signaux chimiques. 

L'équipe de chercheurs a filmé, pour arriver à cette conclusion, 271 participants. Ces derniers, qui ne connaissaient pas le réel objectif de l'expérience, étaient accueillis par un expérimentateur, soit par un bonjour oral, soit par une poignée de main. 

Les chercheurs se sont alors penchés sur le nombre de fois que chaque volontaire portait la main à son nez. Ceux ayant eu droit à une poignée de main ont passé deux fois plus de temps à se sentir les mains que les autres.  "Le sens de l’odorat joue un rôle particulièrement important dans les interactions au sein du même genre, et pas seulement entre sexe opposé comme il est communément admis", a ainsi déclaré Idan Frumin, principal auteur de l’étude.

Cathéters nasaux. Les scientifiques, pour être sûrs de leur fait, ont voulu vérifier si la main portée au nez était réellement reniflée. Une deuxième expérience, avec des volontaires portant des cathéters nasaux permettant de mesurer le flux d'air passant par les narines, a ainsi démontré que les volontaires sentaient leurs doigts.

Nous sentons la même chose que les chiens. Des signaux chimiques que l'intérieur de nos mains produisent et que les scientifiques ont pu analyser grâce à des gants stériles. Ils ont ainsi pu détecter du squalène et de l'acide palmitique, les mêmes signaux chimiques de reconnaissance sociale que chez les chiens et les rats.

L'humain est un mammifère. Selon les scientifiques, se serrer la main serait un héritage du passé.  "Les rongeurs, les chiens et autres mammifères se reniflent souvent lors d’interactions sociales. Et il semble qu’au cours de l’évolution, les humains ont conservé ce comportement, qui peut peut-être encore avoir un sens, mais subliminal", concluent-ils dans leur étude. 

>> LIRE AUSSI - Vos tickets de carte bleue ? Plus bavards que vous ne le pensez 

>> LIRE AUSSI - Le goût de l'alcool ? C'est génétique, pas culturel

>> LIRE AUSSI - Facebook vous connaît (mieux) que vos proches