EN IMAGES - Les premiers jours dans l'espace de Thomas Pesquet

  • A
  • A
EN IMAGES - Les premiers jours dans l'espace de Thomas Pesquet
L'astronaute français Thomas Pesquet a passé sa première semaine en orbite.@ ESA/NASA / AFP
Partagez sur :

L'astronaute français Thomas Pesquet, arrivé sur la Station Spatiale Internationale dimanche dernier, partage son quotidien sur les réseaux sociaux. Petit tour d'horizon de la vie en apesanteur.

EN IMAGES

Thomas Pesquet découvre la vie en apesanteur. L’astronaute français a passé ses premiers jours à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), depuis son arrivée dimanche dernier avec le Russe Oleg Novitski et l'Américaine Peggy Whitson. Ils y ont retrouvé un Américain et deux Russes, arrivés mi-octobre. "Tout le monde se sent super bien", a déclaré Thomas Pesquet lors d’une conférence de presse en orbite mercredi. "Nous nous sommes adaptés très vite. Nous n'avons pas été malades du tout", a-t-il dit. "Je suis super content d'être là".

Le quotidien en apesanteur. Tellement content que Thomas Pesquet partage son quotidien en apesanteur sur les réseaux sociaux. A quelque 400 km au-dessus de la Terre, le Français vit (presque) normalement. "La journée type, c'est lever à 6h, on a une heure à peu près pour se préparer, prendre la douche et le petit-déjeuner. A 7h30, on fait une grande conférence avec le centre de contrôle en Allemagne, on répond aux questions et ensuite on va commencer des activités, notamment pour entretenir la station", a-t-il expliqué lors de sa conférence de presse. Mais la vie dans l'espace n'est pas banale. Et l'astronaute a dû apprendre à gérer l'apesanteur. "Je gère mes décollages mais pas encore mes atterrissages, ni les virages serrés", a-t-il précisé sur son compte Twitter.



Thomas Pesquet a aussi précisé qu'il dormait "très bien", "comme un bébé". "C'est super agréable. Nous dormons en flottant. Nous sommes retenus juste à la paroi de nos petites cabines individuelles, avec un sac de couchage accroché au mur". L'astronaute peut téléphoner via Internet à sa famille presque tous les jours. Le week-end, il peut avoir une conférence vidéo avec eux. "C'est comme être en voyage d'affaires, c'est juste un absolument incroyable voyage d'affaires de six mois", a-t-il estimé.



Il a également partagé une photo de la cuisine qu’il décrit comme "très spacieuse, avec toute la place qu’il a pour flotter au-dessus", ironise-t-il. L’équipe d’astronautes n’a d’ailleurs pas manqué de souhaiter un joyeux Thanksgiving et a elle aussi partagé un festin à base de dinde, de pommes de terre et de légumes déshydratés.





Du sport et de la plomberie. L’astronaute français nous fait découvrir d’autres pièces de la Station Spatiale Internationale, comme celle où se trouvent les machines d’entraînement sportif qu'il a appris à manier. En apesanteur, les muscles ont tendance à s’atrophier, car les conditions de microgravité font que les astronautes sollicitent moins leurs muscles lorsqu’ils doivent faire un effort. 



Comme n’importe quel Terrien, Thomas Pesquet n’a pas échappé aux problèmes de tuyauterie. Le scientifique a dû s’improviser plombier mercredi pour réparer les toilettes de la station spatiale, "cassées dès le deuxième jour".



Un astronaute au travail. Mais la vie à bord de l'ISS n'est pas une croisière tranquille et l'astronaute français, en mission pour six mois, a aussi du travail. "Il faut veiller à ne pas laisser échapper les outils", a-t-il noté. L'astronaute a déjà testé le système de traitement de l'eau. Et il a aussi réalisé une expérience avec des surfaces autonettoyantes innovantes, auxquelles les bactéries n'adhèrent pas. Il les a réparties un peu partout dans la cabine. Thomas Pesquet doit notamment conduire une cinquantaine d'expériences scientifiques pour le compte de l'ESA et du Cnes.