Eclipse : une Lune "de sang" s'est levée sur l'Amérique du Nord

  • A
  • A
Eclipse : une Lune "de sang" s'est levée sur l'Amérique du Nord
@ Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

SCIENCES - Samedi a eu lieu une éclipse lunaire totale mais très brève. L'Amérique du Nord, le Pacifique mais aussi l'Australie et l'est de l'Asie ont pu en profiter. Rendez-vous en septembre pour admirer la prochaine. 

Ce n'est pas la lune qui a masqué le soleil comme le 20 mars dernier mais la Lune qui est passé dans l'ombre de la Terre. L'éclipse lunaire de samedi, visible de l'Amérique du Nord, du Pacifique, de l'Australie et de l'Asie de l'est, a été totale mais très brève, de quelques minutes seulement. L'occasion d'admirer notre satellite habillé d'une belle robe rousse. 

Une éclipse lunaire, comment ça marche ? Lors d'une éclipse solaire, la Lune passe entre la Terre et le Soleil. Elle masque ainsi le Soleil aux yeux des Terriens. Imaginez alors de gauche à droite le Soleil, la Lune et la Terre.

Mais en tant que satellite de notre planète, la Lune tourne en orbite autour de nous. Lors d'une éclipse lunaire, elle passe dans l'ombre de la Terre. Dans le détail, ça donne donc de gauche à droite : le Soleil, la Terre et la Lune.

Dit autrement, si des habitants peuplaient la Lune, ils parleraient sans doute d'éclipse... solaire puisque la Terre leur masquerait le Soleil. 

4 minutes et 43 secondes. Seulement deux semaines après l'éclipse solaire dont a pu se régaler le nord de l'Europe, cette nouvelle éclipse a commencé à 10h16 (GMT) dans l'Ouest américain. Cette première phase a inauguré l'entrée de la Lune dans l'ombre de la Terre. Pendant 1 heure et 45 minutes, l'ombre terrestre est passée progressivement sur le disque lunaire puis l'a recouvert totalement à 11h58 GMT, a précisé la Nasa. À l'est du Mississippi, l'éclipse a été interrompue par le lever du soleil mais à l'Ouest du fleuve les observateurs ont pu voir la totalité du phénomène. Si certaines éclipses lunaires totales peuvent durer plus d'une heure, celle-ci, à son maximum, a été limitée à 4 minutes et 43 secondes. Cela s'explique par le fait que la Lune est passée dans une partie seulement de l'ombre de la Terre.

Rouquine. Contrairement aux éclipses solaires, les éclipses lunaires peuvent être vues à l’œil nu sans danger pour les yeux. Le Soleil n'est en effet pas regardé directement. Les rayons observés partent bien sûr du Soleil mais sont déviés par l’atmosphère de la Terre qui leur donne une coloration rousse. Ils arrivent alors sur la Lune. Cette dernière devient alors roussâtre et orangée, comme les couleurs du ciel au moment du coucher du Soleil, d'où son surnom de "Lune de sang" à ce moment-là. 

Rendez-vous en septembre. Ce phénomène est la troisième d'un cycle de quatre éclipses lunaires totales à six mois d'intervalle entre 2014 et 2015. Pour profiter de la quatrième, il faudra se trouver le 27 septembre prochain quelque part en Amérique du Nord, excepté le nord-ouest canadien et l'Alaska. Cette séquence de quatre éclipses lunaires séparées de six mois n'est pas très fréquente, la précédente s'est produite il y a dix ans et la prochaine n'aura lieu qu'à partir de 2032.

>> LIRE AUSSI - Ce que les éclipses ont encore à apprendre aux scientifiques 

>> VIDÉO - À quoi ressemblera le Soleil dans 5 milliards d'années ? 

>> LIRE AUSSI - Tchouri : la sonde Rosetta s'offre une belle frayeur 

>> VIDÉO - Quand la Nasa observe le Soleil sous toutes ses coutures