Deux ingrédients clé de la vie détectés par Rosetta sur Tchouri

  • A
  • A
Deux ingrédients clé de la vie détectés par Rosetta sur Tchouri
La comète Tchouri prise en photo par la sonde européenne Roseta.@ ESA/ROSETTA/NAVCAM / AFP
Partagez sur :

En 2014, puis en 2015, la sonde européenne a détecté sur la comète Tchouri du phosphore et de la glycine.

Deux ingrédients essentiels à la vie sur la Terre, la glycine et le phosphore, ont été détectés sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Une découverte sans précédent, révélée vendredi une étude publiée dans la revue américaine ScienceAdvances.

À l'origine de la vie sur Terre ? Alors que plus de 140 différentes molécules organiques ont déjà été identifiées dans le milieu interstellaire, c'est la première fois que de la glycine, un acide aminé, et du phosphore, un élément clé de l'ADN, sont détectés par Rosina, le "nez" de la sonde Rosetta en orbite autour de Tchouri depuis bientôt deux ans. "Démontrer que les noyaux cométaires sont des réservoirs de matériaux primitifs dans le système solaire et qu'ils auraient pu transporter ces ingrédients clé de la vie sur la Terre est l'un des principaux objectifs de Rosetta et nous sommes ravis de ces résultats", s'est félicité Matt Taylor, le responsable scientifique de la mission Rosetta de l'Agence Spatiale Européenne (ESA). 

"Détection certaine". Pour la première fois, de multiples détections de glycine ont confirmé sa présence dans les gaz et la vapeur d'eau se dégageant d'un noyau cométaire. "Il s'agit de la première détection certaine de glycine dans la mince atmosphère d'une comète", souligne Kathrin Altwegg, de l'université de Berne en Suisse. La première détection a eu lieu en octobre 2014 mais la plupart des mesures ont été faites en août 2015 pendant la périhélie, lorsque l'orbite de la comète se trouvait au plus proche du soleil. La glycine est très difficile à détecter. Elle passe de l'état solide à l'état gazeux sous les 150 degrés Celsius, ce qui signifie que peu de cet acide aminé se dégage sous forme gazeuse à la surface froide de la comète, explique Kathrin Altwegg.

L'origine du phosphore détecté dans la fine atmosphère de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko n'a pas encore été déterminée, indiquent les scientifiques.