Apprendre une langue ou faire l'amour : c'est pareil pour le cerveau

  • A
  • A
Apprendre une langue ou faire l'amour : c'est pareil pour le cerveau
@ Maxppp
Partagez sur :

SCIENCES - L'apprentissage d'une langue stimulerait la même zone du cerveau lorsqu'on fait l'amour.

Le cerveau peut parfois avoir un curieux mode de fonctionnement. C'est ce que nous révèle une étude publiée dans la revue Current Biology et rapportée par Sciences et Avenir.  Une équipe de chercheurs espagnols et allemands ont découvert que l'apprentissage d' une nouvelle langue stimulait la même zone que lorsqu'on s'adonne à des pratiques sexuelles.

>> LIRE AUSSI - Première téléportation à 25 km de distance

Striatum ventral. Les chercheurs ont soumis 36 adultes à des séries de tests, l'une composée de jeux de hasard et l'autre consistant à apprendre de nouveaux mots. Grâce à des IRM effectués sur les cerveaux des participants, ils ont pu constater que cet apprentissage stimulait une partie du cerveau appelé "striatum ventral", centre de la récompense et donc du plaisir. 

C'est donc maintenant prouvé biologiquement, apprendre est une source de plaisir. En tout cas, notre cerveau classe cette activité intellectuelle dans la même catégorie que manger du chocolat ou faire l'amour.

Pourquoi la langue donne du plaisir ? Les chercheurs avancent une hypothèse pour expliquer l'association entre apprentissage d'une langue et plaisir. Ce phénomène remonterait au premier âge de l'enfant qui apprend à parler avec ses parents. Il en retirerait une source de plaisir, la relation avec eux étant emprunte d'émotions positives. 

Il ne faut pas non plus négliger l'intérêt qu'à pu avoir cette association dans l'histoire de l'évolution. "On peut émettre la théorie que ce type de mécanisme a pu aider l'homme à développer le langage", suppose Rodriguez Fornells, l'auteur principal de l'étude. 

De manière pratique, cette étude permettrait d'explorer de nouveaux traitements pour les personnes souffrant de difficultés de langage. 
>> LIRE AUSSI - Le Nobel de chimie récompense l'exploration de l'infiniment petit