Vaccins : le gouvernement sonne l’alerte

  • A
  • A
Vaccins : le gouvernement sonne l’alerte
La couverture vaccinale demeure insuffisante en France.
Partagez sur :

Selon une étude de la Direction générale de la santé, les Français ne se vaccinent pas assez.

Les chiffres sont édifiants. Selon une enquête réalisée par la Direction générale de la santé, la couverture vaccinale est insuffisante en France. Cette étude pointe plusieurs types d’injections.

Des pathologies ciblées

Concernant le triptyque rougeole-oreillons-rubéole, seuls 40% des enfants de 2 ans ont reçu les deux doses de vaccin nécessaire à une bonne immunisation. Pourtant, l’objectif de prévention est établi à 95%. Un seuil qui doit assurer un bouclier efficace contre une éventuelle épidémie. Pour l’hépatite B, 70% des nourrissons ont été vaccinés contre ce mal. Ce chiffre demeure insuffisant malgré une nette progression de 40% en deux années.

Au cœur des menaces sanitaires des derniers mois, la grippe bénéficie d’une plus large couverture. 61% des sujets âgés de plus de 65 ans ont reçu un vaccin. Mais l’enquête met en relief la faible proportion de vaccinés parmi les professionnels de santé (27 %). Cette catégorie est pourtant la plus exposée à cette maladie.

Alors qu’elle n’est plus obligatoire depuis 2007, l’injection préventive contre la tuberculose (BCG) est conseillée dans les régions où le risque domine. Satisfecit notamment en Ile-de-France puisque 90% des enfants de 2 ans ont été vaccinés. Néanmoins, ce chiffre s’établir à 60% pour le reste du pays. L’accent est davantage mis sur les affections types "Papillomavirus" qui sont directement liées au cancer de l’utérus. Ainsi, 45% des jeunes filles de 15 à 17 ans ont commencé une vaccination dite "HPV". Et seulement 30,5% ont reçu un schéma complet de trois doses.

Bientôt la Semaine de la vaccination

Face à ces résultats alarmants, le gouvernement a décidé de sensibiliser la population. Du 26 avril au 2 mai, le ministère de la Santé organise la Semaine de la vaccination en France (http://www.semaine-vaccination.fr./). En amont de cet événement, la secrétaire d’Etat Nora Berra a pointé ces carences dans une interview au Parisien.

"Les objectifs de couverture vaccinale dans le pays ne sont pas atteints", annonce-t-elle d’emblée. Parmi les diverses insuffisances, Norra Berra évoque le cas du ROR ( rougeole-oreillons-rubéole). "On estime que 1,3 million d’enfants et de jeunes adultes, âgés de 6 à 29 ans, ne sont pas vaccinés contre ces pathologies", tonne la secrétaire d’Etat. En marge de ce constat, elle explique cette situation inquiétante par « un sentiment de défiance par rapport à la vaccination ». La controverse de la grippe A représente l’une des causes de ce déficit.

Afin de promouvoir une meilleure couverture vaccinale, la secrétaire d’Etat préconise notamment de vérifier si les carnets de vaccination des enfants sont à jour. Selon Nora Berra, les professionnels de la santé doivent davantage se prémunir contre ces pathologies.