Une écossaise aveugle a développé un don qui stupéfie les scientifiques

  • A
  • A
Une écossaise aveugle a développé un don qui stupéfie les scientifiques
"Je ne peux pas voir les choses, mais je sais qu'elles sont là", a déclaré Milina Cunning. @ Ferdy Damman / ANP / AFP
Partagez sur :

Milina Cunning a développé une sorte de "vision aveugle" qui lui permet de percevoir son environnement.

Une écossaise aveugle a réussi à développer une perception fascinante pour la science : elle arrive très précisément à percevoir son environnement, rapporte un reportage de la BBC "the Digital human", repéré par Paris Match.

"Tout était noir". Milina Cunning est devenue aveugle à la suite d'un coma qui a duré 52 jours. "Quand je me suis réveillée, tout était noir", raconte-t-elle. Une attaque survenue pendant son coma lui avait coûté la vue. Mais au bout de six mois, elle a commencé à se dire qu'elle réussissait à "voir" des couleurs, mais personne ne la prenait vraiment au sérieux. Après quelques tests, un neurologue, Gordon Dutton, a mis en évidence le don développé par Milina Cunning. 

Eviter les obstacles sans le faire exprès. Le neurologue a placé des chaises dans un couloir et a demandé à Milina Cunning de le traverser. En marchant d'un pas normal, elle n'arrêtait pas de s'y cogner. Le neurologue lui a alors demandé d'avancer plus vite et sans réfléchir ; elle a réussi à toutes les éviter et à ne pas rentrer dans une seule d'entre elles. En évitant de réfléchir à la situation, ce sont des fonctions cérébrales inconscientes qui lui ont transmis les informations nécessaires pour percevoir son environnement et ainsi éviter les chaises, sans aucun mécanisme conscient de sa part. C'est le phénomène de "blindsight" ou "vision aveugle".

"S'il y a un obstacle sur la route ou des escaliers, elle est capable d'y répondre de manière adaptée sans même se rendre compte comment", rapporte Jody Culham, scientifique canadienne qui a réalisé un scanner du cerveau de Milina Cunning. "Je ne peux pas voir les choses, mais je sais qu'elles sont là", résume Milina Cunning.