Trouver un médecin à Noël, galère en vue

  • A
  • A
Trouver un médecin à Noël, galère en vue
@ maxppp
Partagez sur :

LA FRONDE - Les trois plus gros syndicats de médecins généralistes appellent désormais leurs adhérents à fermer leur cabinet.

L'INFO. Mieux vaudra ne pas tomber malade entre Noël et le jour de l'An. Et pour cause, les trois quarts des médecins généralistes seront en grève. Depuis le début de la semaine, le mouvement prend de l'ampleur. Après l'UNOF-CSMF lundi, deux autres syndicats de médecins ont appelé jeudi les praticiens à fermer leurs cabinets pendantr les vacances de Noël pour protester contre le projet de loi santé qui suscite beaucoup de critiques.

>> LIRE AUSSI - Les pharmaciens pourront-ils bientôt vacciner ?

MG-France, premier syndicat de généralistes et la FMF "invitent toutes les organisations professionnelles de médecins généralistes à constituer un front professionnel et syndical" et à se mobiliser "à partir du 23 décembre" pour obtenir notamment la revalorisation de la consultation à 25 euros et l'abandon du projet d'obligation du tiers payant. Le gouvernement veut généraliser la dispense d'avance de frais à tous les assurés d'ici 2017, les syndicats s'y opposent.

Pharmacie

Les vaccins à la pharmacie font grincer. Pour rendre la vaccination plus accessible à la population et mieux protéger, le projet de loi santé de Marisol Touraine prévoit aussi d'autoriser les pharmaciens à pratiquer ce type d'acte. Une "délégation de tâches" qui laisse perplexe les médecins. Pour Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français, le pharmacien ne doit surtout pas se substituer au rôle jusqu'ici dévolu au médecin.

"La vaccination n'est pas un acte anodin", a mis en garde le médecin, contacté par Europe 1 lundi. "Il y a aujourd'hui un courant anti-vaccination en France, il est important de permettre à l'ensemble de la population française d'être bien informée et de discuter avec chacun si l'on sent des réticences", estime le médecin.

>> LIRE AUSSI - "La vaccination n'est pas un acte anodin"

Le tiers payant aussi. "Nous n'avons pas d'opposition de principe sur le tiers payant, mais une opposition sur la surcharge administrative que cela représente pour les médecins et une opposition sur l'insécurité de leurs revenus", indique Claude Leicher, président de MG-France. Les deux syndicats réclament aussi le "passage immédiat à 56 euros de la visite du médecin traitant à ses patients à domicile". 

Galère en vue. Cette grève annoncée s'annonce galère pour les usagers. Il y aura un système de garde, comme pour un jour férié. Dans chaque ville, on trouvera des cabinets ouverts avec un roulement sur toute la durée des vacances. Mais les salles d'attente risquent d'être beaucoup plus remplies que d'habitude. Et le temps d'attente aux urgences des hôpitaux encore plus longs.