Victime de trois cancers, elle n'a pas assez cotisé pour sa retraite

  • A
  • A
Victime de trois cancers, elle n'a pas assez cotisé pour sa retraite
@ MLADEN ANTONOV / AFP
Partagez sur :

A cause de ses trois cancers, Béatrice n'a pas cotisé suffisamment de trimestres pour pouvoir partir à la retraite à 60 ans.

Béatrice a commencé à travailler à 18 ans, pourtant cette adjointe administrative d'une collectivité de la Sarthe ne pourra pas bénéficier d'une retraite à 60 ans comme elle le souhaitait. En cause : ses trois cancers du sein successifs qui ne lui ont pas permis de cotiser tous ses trimestres. Elle vit cette justification comme une injustice et "une double sanction", comme elle l'a expliqué au Parisien.

>> LIRE AUSSI : Ménopause précoce : les perturbateurs endocriniens en cause

Trois cancers… Après une longue vie professionnelle débutée à l'âge de 18 ans et trois cancers du sein survenus successivement en 2003, 2006 et 2013, Béatrice était persuadée qu'elle allait enfin pourvoir souffler en profitant d'une retraite anticipée à 60 ans. Toutes les conditions semblaient réunies : née avant le 1er janvier 1960, elle a bel et bien commencé à travailler avant l'âge de 20 ans. Pourtant, lorsqu'elle s'est renseignée auprès du service des ressources humaines de la collectivité où elle travaille, cela a été la douche froide…

… et des trimestres en moins. Pour partir en retraite anticipée, il faut justifier de 166 trimestres cotisés…Or, à cause des arrêts liés à sa longue maladie, Béatrice n'a pas le nombre de trimestres requis.

>> A LIRE AUSSI : Cancer du sein : les vrais facteurs de risque

L'incidence de la longue maladie sur l'invalidité de la retraite anticipée est connue. L'explication est simple : si être arrêté quelques semaines, voire plusieurs mois, à cause d'une maladie n’a aucune incidence sur votre retraite, ce n'est pas le cas lorsque vous souffrez d'une longue maladie. En effet, dans ce cas, les périodes pour maladie ne sont retenues que dans la limite de 4 trimestres. Béatrice, qui a été arrêtée près de trois ans, devra donc travailler jusqu'à 62 ans. "C'est tellement injuste", s'est-elle indignée au micro d'Europe1 : "je n'ai pas demandé à être malade".