Transmission sexuelle du Zika : "Il faudra être encore plus vigilant"

  • A
  • A
Transmission sexuelle du Zika : "Il faudra être encore plus vigilant"
Un premier cas de transmission sexuelle du virus Zika a été détecté en France.@ LUIS ROBAYO / AFP
Partagez sur :

Un premier cas de contraction du virus Zika à la suite d'un rapport sexuel a été détecté en France. Daniel Camus, professeur à l'Institut Pasteur de Lille, appelle à redoubler de précautions. 

Une femme a été contaminée par son compagnon de retour du Brésil. L'état de la patiente n'inspire pour le moment aucune crainte selon Marisol Touraine, la ministre de la santé. Ce premier cas de transmission sexuelle survenu en France n'est pas surprenant pour Daniel Camus, professeur à l'Institut Pasteur de Lille. "On avait déjà confirmé les semaines précédentes qu'il y avait une possibilité de transmission sexuelle", explique-t-il dimanche sur Europe 1.

Précautions accrue pour les femmes enceintes. Pour le médecin, la préoccupation est ailleurs. "S'il s'avère que la transmission sexuelle se fait facilement, il faudra être encore plus vigilant sur les recommandations qui viennent d'être faites et qui demandent à toutes les femmes enceintes, même celles qui résident en France, de se protéger lors de rapports sexuels avec un partenaire qui revient d'une zone où sévit actuellement le Zika".

La maladie peut être contractée sans symptôme. Daniel Camus rappelle que "toutes les personnes qui reviennent d'une zone où il y a du Zika peuvent être porteurs du virus, même s'ils n'ont eu aucun symptôme". Il n'existe actuellement aucun vaccin pour contrer le virus Zika, transmis par les piqûres de moustiques. Le virus pourrait être responsable de complications pour les femmes enceintes et notamment entraîner des microcéphalies chez les enfants.