Toulouse : un enfant meurt après une opération des amygdales

  • A
  • A
Toulouse : un enfant meurt après une opération des amygdales
@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Aymen, âgé de 21 mois, est mort le 7 février au CHU de Toulouse. Ses parents ont porté plainte.

L'opération a priori banale a viré au drame. Des parents ont porté plainte pour "homicide involontaire" contre l'hôpital Pierre-Paul Riquet à Toulouse, après la mort de leur enfant. Aymen, âgé de 21 mois, est décédé quatre jours après avoir été opéré des amygdales. Une enquête administrative a été ouverte au sein de l'hôpital.

>> Mise à jour le 19 février à 19h20 : Le procureur de Toulouse a ouvert jeudi une information judiciaire. Le procureur Pierre-Yves Couilleau avait auparavant indiqué à France 3 Midi-Pyrénées: "Je ne préjuge pas d'une faute. C'est possible. Mais je veux d'abord savoir de quoi il (le bébé) est mort. Et s'il s'avère qu'il y a eu faute ou erreur médicale, je clôturerai l'information judiciaire pour recherche des causes de la mort et j'en ouvrirai une autre pour homicide involontaire."

Placé dans un coma volontaire. Selon le récit fourni par les parents, le petit garçon a fait une hémorragie alors qu'il se trouvait en salle de réveil. "Le bébé a ensuite été reconduit au bloc opératoire et il a été expliqué aux parents que leur enfant dormait puis qu'il avait été placé dans un coma volontaire afin qu'il reprenne des forces", a indiqué Me Courtois, l'avocat des parents, spécialisé dans les affaires d'erreur médicale.

>> LIRE AUSSI - Corentin, 11 ans, mort après une opération de l'appendicite

Le même jour, le bébé a été transféré dans le service de réanimation de l'hôpital des enfants du CHU de Toulouse. Aymen a été déclaré mort quatre jours plus tard, les parents ayant accepté l'arrêt des machines qui le maintenaient en vie.

Une hémorragie inexpliquée. Les parents assurent qu'"aucune réponse" ne leur a été apportée sur la cause de l'importante hémorragie qui a suivi l'opération de leur enfant, provoquant un très long arrêt cardiaque et des séquelles irréversibles au cerveau. "Il y a forcément eu un défaut de surveillance et un retard dans la prise en charge du petit garçon", estime leur avocat.

Une enquête administrative ouverte. Mardi soir, le CHU de Toulouse a fait savoir que l'enfant présentait "des complications chirurgicales et anesthésiques graves" et que l'équipe médicale et soignante était "bien évidemment extrêmement touchée" par son décès. Une enquête administrative a été ouverte au sein de l'hôpital. 

 Le CHU conteste, par ailleurs, le récit des parents et assure que les équipes "ont veillé à ce que toutes les informations et explications soient données à la famille", notamment par le chirurgien ORL. La direction fait valoir que des "explications détaillées" ont été fournies aux parents au lendemain de l'intervention et qu'un "médiateur de soins" leur a "proposé de les accompagner dans ce moment particulièrement douloureux". Une enquête administrative a été ouverte au sein de l'hôpital.