Toujours plus de médecins, mais le nombre de généralistes "stagne"

  • A
  • A
Toujours plus de médecins, mais le nombre de généralistes "stagne"
De plus en plus de médecins ont plus de 50 ans, en raison des numerus clausus élevés des années 1970.@ THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Partagez sur :

Le nombre de médecins a augmenté de 4,5% entre 2012 et 2018, mais l'offre de soins de premier recours baisse en raison d'une hausse des besoins.

La France compte environ 226.000 médecins en activité en 2018, soit 10.000 de plus qu'en 2012, mais le nombre de généralistes "stagne" et diminue même chez les libéraux, selon une étude publiée jeudi par la Drees.

Moins de généralistes exerçant en libéral. Depuis 2012, le nombre de médecins a augmenté de 4,5%, et "cette hausse est essentiellement portée par les médecins spécialistes" (+7,8%) et les salariés (+11,1%). Les effectifs de généralistes ont très peu évolué (+0,7%), détaille le service des statistiques du ministère de la Santé. Le nombre de généralistes exerçant en libéral a même diminué de 2%, alors que les spécialistes salariés sont de plus en plus nombreux (+13,9%). Cela se traduit par "une baisse de l'offre de premier recours", croisée à "une hausse des besoins", a expliqué devant la presse le directeur de la Drees, Jean-Marc Aubert.

La profession vieillit. Cette tendance devrait se poursuivre. Selon un outil de projections de données mis en ligne jeudi par la Drees, et qui propose différents scénarios jusqu'en 2040, le nombre de médecins devrait continuer de croître, mais la densité de généralistes aura tendance à diminuer jusqu'à au moins 2025. Parmi les médecins recensés au 1er janvier 2018, 45% sont des généralistes, les spécialités les plus représentées étant la psychiatrie, l'anesthésie réanimation et la radiologie. Près d'un praticien sur deux (47%) a 55 ans ou plus, alors que c'est le cas de seulement 18% des cadres en France, une conséquence des "numerus clausus (fixant le quota d'étudiants admis en 2e année de médecine, NDLR) élevés" des années 1970", note la Drees.