Santé publique : le plan du gouvernement pour éviter 100.000 morts par an

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le gouvernement, souhaite faire diminuer le nombre de morts évitables à tous les âges de la vie, annonce un grand plan de prévention lundi. Avec vingt-cinq mesures concrètes.

L'annonce d'un grand plan de prévention santé est à l'agenda du gouvernement ce lundi. A Santé Publique France, dans le Val-de-Marne en région parisienne, le premier ministre, Edouard Philippe, accompagné d'une dizaine de ministres, doit dévoiler vingt-cinq mesures concrètes qui concernent les Français à tous les âges de leur vie : bébé, ado, jeunes adultes, femmes enceintes, adultes jusqu'aux seniors dans les maisons de retraite. L'idée de ce plan est de diminuer le nombre de morts évitables estimées à 100.000 par an en France.

Dépistages et vaccinations. Les vingt-cinq mesures qui vont être annoncées veulent agir sur divers facteurs de risque comme l'alimentation, l'alcool, le tabac, l'exposition aux produits chimiques ou encore la sexualité. La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé dès dimanche la généralisation du dépistage du cancer du col de l’utérus comme on le fait actuellement pour le sein ou le colon. Aujourd'hui, plus d'une femme sur trois ne fait pas de frottis tous les trois ans comme il est recommandé. Avec ce dispositif, c'est près de 1.000 morts par an qui pourraient être évitées. L'exécutif souhaite aussi s'attaquer aux décès liés à la grippe hivernale. Le premier ministre devrait ainsi annoncer la généralisation de la vaccination par les pharmaciens.

Tabac, alcool. Puis, il y a évidemment le tabac, qui est la cause de 49.000 morts par an. Les fumeurs qui souhaitent arrêter ont pour l'instant un forfait de 150 euros annuel. Selon nos informations, les aides au sevrage tabagique pourraient être remboursées en fonction des besoins de chacun, comme n'importe quel autre médicament remboursable. Quant à l'alcool, responsable de 73.000 décès par an, là, ce sont les femmes enceintes qui pourraient être plus particulièrement ciblées, notamment avec l'agrandissement du pictogramme interdit aux femmes enceintes.

MST. Enfin, pour lutter contre les maladies sexuellement transmissibles, dans certaines régions, des jeunes de moins de 25 ans pourraient avoir accès gratuitement à des préservatifs grâce une carte baptisée "pass préservatif".