Zéro reste à charge : "L'effort est bien équilibré entre les fabricants, l'Etat et les distributeurs", estime Alain Afflelou

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Alain Afflelou, fondateur du groupe Afflelou, la mise en place du "zéro reste à charge" que doit acter Emmanuel Macron en fin de matinée "va être un confort très important".

INTERVIEW

"Pour les moins fortunés, ça va être un confort très important". Invité de la Matinale d'Europe 1 mercredi, Alain Afflelou, fondateur du groupe Afflelou qui fabrique des lunettes et des appareils auditifs, réagit au zéro reste à charge que doit acter Emmanuel Macron lors d'un discours à Montpellier, en fin de matinée.

"800 euros pour les prothèses auditives". "Le zéro reste à charge va permettre aux gens de porter des lunettes correctes avec des verres sophistiqués qui sont aujourd’hui vendus sans options, sans avoir à débourser quoi que ce soit s'ils ont une mutuelle correcte", explique Alain Afflelou au micro d'Europe 1. "Pour les prothèses auditives, c'est encore plus important puisque le remboursement peut aller jusqu'à 800 euros, c'est énorme. Beaucoup de gens hésitaient à s'équiper à cause de la charge financière, donc le zéro reste à charge va changer pas mal de choses", confie-t-il. 

"190 euros remboursés pour les verres progressifs". Dans le détail, "les verres simples foyers vont être remboursés jusqu'à 95 euros et peut aller au-delà selon les puissances. En ce qui concerne les verres progressifs, c'est 190 euros : quasiment le prix de vente. Pour les appareils auditifs, alors qu'un modèle de base est actuellement vendu maximum 1.300 euros, son prix va chuter à 900 euros et sera intégralement pris en charge". Mais comme rien n'est gratuit, la baisse des prix va se répercuter sur "le commun des mortels qui va, via sa mutuelle, augmenter sa cotisation et participer au remboursement", prévient le fondateur du groupe Afflelou.

"Une bonne chose pour le bien-être" des Français. Mais les porteurs de lunettes et de prothèses auditives ne sont pas les seuls à fournir un effort, puisque la sécurité sociale va aussi faire un geste. "L'effort est bien équilibré entre les fabricants, l'Etat et les distributeurs", analyse-t-il. "Le 'reste à charge zéro' est une bonne chose pour le bien-être des gens qui voient mal et qui entendent mal, car ils sont exclus de la société et handicapés dans la vie de tous les jours".