Produits nocifs dans les articles de sport : "un problème de transparence"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Selon Pierre Terras, de Greenpeace, les marques ne donnent pas assez d'informations sur les substances utilisées dans leurs produits.

Interrogé mardi sur Europe 1, Pierre Terras, chargé de campagne à Greenpeace l'assure : "Il y a un gros problème de transparence et d’accès à l’information" sur les produits chimiques potentiellement nocifs utilisés dans les articles de sport. L’ONG a publié lundi une étude sur l’utilisation de ces substances dans les vêtements et les équipements de sport.

Impossible d'avoir une liste des substances utilisées. Pierre Terras a expliqué mardi dans Le Grand direct de l’actu, sur Europe 1, que la liste des produits utilisés dans la fabrication d’un produit n’est pas systématiquement disponible. Les rares marques qui ne se servent plus de composés perfluorés communiquent parfois à ce sujet, mais l’information des consommateurs n’est pas systématique. C’est la raison pour laquelle Greenpace a décidé de faire des tests elle-même. Sur 40 produits de différentes marques achetés dans 19 pays différents, seuls quatre sont exempts de composés perfluorés.

De possibles perturbateurs endocriniens. Les produits chimiques utilisés par les fabricants n’affectent pas systématiquement la santé des consommateurs, mais ils restent potentiellement dangereux. "On ne peut pas dire que quelqu’un va avoir un cancer parce qu’il met cette veste", souligne Pierre Terras. "Néanmoins, les substances qui sont utilisées dans la fabrication de ces produits peuvent potentiellement être cancérigènes ou avoir des propriétés de perturbateurs endocriniens. On sait que ces substances ont été retrouvées dans du sang humain par exemple, dans des foies d’ours polaires". Les perturbateurs endocriniens sont des produits chimiques ou naturels susceptibles de modifier le fonctionnement des organes ou la fertilité en atteignant le système hormonal.