Il ne voulait plus de son énorme pénis, un ado américain opéré

  • A
  • A
Il ne voulait plus de son énorme pénis, un ado américain opéré
Partagez sur :

MÉDECINE- Un adolescent américain a subi une opération chirurgicale pour réduire la taille de son sexe qui l'empêchait de faire du sport et d'avoir des relations sexuelles.

"Est-ce que vous pouvez réduire la taille de mon pénis ?" Lorsqu'un adolescent américain de 17 ans a posé cette question à l'urologue Rafael Carrion, ce dernier est d'abord resté "sans voix". Si la démarche inverse est courante, aucune réduction de pénis par la chirurgie n'avait encore été réalisée. Devant ce qui était vécu comme un handicap par le jeune homme, l'opération de ce "cas unique" a eu lieu avec succès, comme le rapporte le Journal of Sexual Medecine relayé par le Dailymail.

Un pénis large comme un pamplemousse. D'après les médecins qui ont examiné le jeune homme après sa requête inédite, le sexe de l'adolescent avait la forme d'un ballon de football américain. D'une longueur de 18 centimètres au repos, c'est surtout sa circonférence de 25 centimètres - la largeur d'un pamplemousse - qui posait problème à l'intéressé.



Un attribut vécu comme un handicap A cause de son sexe, l'adolescent ne pouvait pas avoir de relations sexuelles. Pratiquer certains sports lui était aussi impossible. Même le simple fait de porter un pantalon embarrassait l'adolescent. Enfin, le jeune homme souffrait aussi régulièrement de priapisme, une érection prolongée et involontaire.

Une opération réussie. Les médecins ont décidé d'utiliser la même technique chirurgicale que pour maladie de La Peyronie, une sclérose des corps caverneux, responsable d'une déviation de la verge en érection. L'adolescent a passé deux jours à l'hôpital avant de retourner chez lui "en extase" devant son nouveau pénis, selon les médecins. Selon le Dr Carrion, ce dernier reste un peu plus long et plus large que la moyenne mais il est désormais "symétrique" et "seyant". "Le patient nous a dit que cette opération avait changé sa vie", a souligné le médecin.