Première autogreffe de trachée en France

  • A
  • A
Première autogreffe de trachée en France
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des chirurgiens français ont annoncé lundi avoir réussi cette première mondiale sur cinq patients.

La première médicale a eu lieu au Plessis-Robinson, dans les Hauts-de-Seine. Lundi, une équipe de chirurgiens du centre chirurgical Marie Lannelongue a annoncé avoir réalisé avec succès cinq reconstructions de la trachée, à partir des propres tissus des patients. Une prouesse réalisée pour la première fois il y a six ans, mais que les praticiens n’ont voulu présenter qu’après avoir pu en évaluer le succès.

Cette technique, mise au point par un des pionniers de la chirurgie de greffe pulmonaire, le Pr Philippe Dartevelle, chef du département de chirurgie thoracique et vasculaire au Centre Marie Lannelongue, et le Dr Frédéric Kolb, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice à l'Institut Gustave Roussy (Villejuif) présente l’avantage de ne pas nécessiter de traitement antirejet. Elle associe les techniques et les connaissances de la chirurgie thoracique et plastique.

Elle a été utilisée sur sept patients en six ans. Cinq d'entre eux, qui étaient atteints de cancers, sont vivants et ont repris leur activité. Deux autres sont décédés des suites d'une infection respiratoire, liée à l'absence des "cils" qui tapissent la trachée normale, une "imperfection" que les chirurgiens travaillent à corriger.

"Une vie normale"

Philippe Soto est le premier patient à avoir bénéficié de cette technique, en 2004. "Deux mois après, je remangeais normalement, je reprenais une vie normale", se souvient-il, interrogé sur Europe 1. Agé de 41 ans, il ne pouvait plus manger ni boire, et ni même avaler sa salive, avant son opération, à cause de son cancer. Aujourd’hui, il peut même faire du sport.

Seule marque visible sur les patients : des cicatrices sur le bras et le thorax. Un rectangle de peau est en effet prélevé sur l’avant-bras, afin de reconstituer un tube de remplacement de la trachée.