La Réunion : un cas suspect d'Ebola "non contagieux"

  • A
  • A
La Réunion : un cas suspect d'Ebola "non contagieux"
@ Reuters
Partagez sur :

Une femme de retour de Guinée a été hospitalisée vendredi à la Réunion dans le cadre du protocole pour Ebola. Les résultats d'analyse seraient connus lundi.

C'est le premier cas suspect d'Ebola sur l'île de la Réunion. Une pharmacienne de retour de Guinée a été hospitalisée vendredi soir à Saint-Denis de la Réunion avec une forte fièvre. Le préfet de l'île a précisé toutefois qu'elle n'était pas contagieuse et que les résultats d'analyse seraient connus lundi.

"Rien ne dit que la personne souffre d'Ebola". "Elle a été hospitalisée dans le cadre d'un protocole mis en place pour Ebola", a déclaré au cours d'une conférence de presse Dominique Sorain. "En l'état actuel, rien ne dit que la personne souffre d'Ebola. Et même si c'était le cas, la personne n'est pas contagieuse", a insisté le préfet. "Une personne ne devient contagieuse que lorsqu'il y a forte fièvre, des vomissements, des maux de gorge et des écoulements sanguins. La personne n'a pas manifesté ces symptômes cliniques", a-t-il expliqué.

>> LIRE AUSSI - L'épidémie régresse … pour le moment

Elle revenait de Guinée. Le préfet a refusé de donner des éléments d'identification de la patiente, se limitant à dire qu'elle travaille dans le milieu hospitalier. Selon les premières informations, elle revenait d'une mission humanitaire en Afrique de l'ouest, a priori en Guinée, le berceau du virus d'Ebola.

Vendredi, prise d'une forte fièvre, elle a été prise en charge par le Smur, en raison de son récent séjour dans cette région frappée par l'épidémie. Revêtus d'une tenue étanche, les urgentistes sont venus la chercher à son domicile dans le sud de la Réunion, avant de l'hospitaliser au CHU Félix Guyon de Bellepierre (Saint-Denis), seul hôpital de l'île habilité pour la prise en charge de malades d'Ebola.

Les résultats des analyses de sang pour confirmer ou non la maladie, effectuées par un laboratoire de Lyon, seront connus lundi.

>> LIRE AUSSI - Des vaccins bientôt testés en Afrique de l'ouest