Pr Grimaldi : "On a poussé l'hôpital comme si c'était une entreprise"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

André Grimaldi, professeur émérite d’endocrinologie-diabétologie au CHU La Pitié-Salpêtrière, revient sur le projet de loi de Finances de la sécurité sociale, présenté mardi à l'Assemblée.

INTERVIEW

C'est un constat partagé par la quasi-totalité des professionnels du secteur de la santé : l'hôpital public est au bord du burn-out. A partir de mardi, l'Assemblée nationale examine le projet de loi de Finances de la sécurité sociale (PLFSS). Un texte défendu par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, en première ligne, avec le défi de faire des économies tout en mettant en avant des mesures pour les plus fragiles. 

"Un système bicéphale entre soignants et gestionnaires". Pour les soignants comme pour les patients, il y a urgence à réformer l'hôpital public. "On a poussé l'hôpital comme si c'était une entreprise qui devait vendre de plus en plus d'activités. C'est absurde. Il faut de l'activité utile et non de l'activité rentable", prône André Grimaldi, professeur émérite d’endocrinologie-diabétologie au CHU La Pitié-Salpêtrière, sur Europe 1 mardi. "On a mis en place un système où le pouvoir est donné aux gestionnaires, dont le but est d'augmenter l'activité. Il faut que les soignants soient impliqués, et qu'on ait un système bicéphale entre soignants et gestionnaires", insiste-t-il.

L'ambulatoire, une solution parmi d'autres. Le gouvernement a l'ambition de réduire le déficit de la Sécurité sociale de trois milliards d'euros en 2018. Pour réaliser ces économies, la ministre mise notamment sur l'ambulatoire. Objectif : que cela concerne 7 patients sur 10 d'ici cinq ans. Une bonne solution pour le professeur, qui y voit tout de même quelques inconvénients. "C'est bien d'hospitaliser en ambulatoire si les malades ne sont pas amenés à revenir pour être ré-hospitalisés. Si vous êtes âgé et que vous vivez seul, ce n'est pas facile de vous opérer en ambulatoire, et la population vieillit", note-t-il.

Autre changement pour les patients : le forfait hospitalier devrait augmenter de deux euros. "Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les patients. Ça consiste à dire : au lieu que ce soit à la Sécu de payer, deux euros vont passer par les mutuelles, qui vont donc augmenter les cotisations. C'est un jeu financier. On diminue une dépense publique en augmentant une dépense privée", déplore le professeur Grimaldi.