Pour un rendez-vous chez l'ophtalmo, c'est 77 jours d'attente !

  • A
  • A
Pour un rendez-vous chez l'ophtalmo, c'est 77 jours d'attente !
Photo d'illustration.@ MAXPPP
Partagez sur :

SANTÉ - Une enquête sur l'attente pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmo met en exergue les trop longs délais.

Soixante-dix sept jours, c'est le délai moyen en France pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologue, et ce délai peut atteindre 7 mois dans certains départements, voire un an chez certains praticiens, selon une enquête auprès de plus de 2.600 d'entre eux. 15% des ophtalmos ne sont plus en mesure d'accepter de nouveaux patients, selon cette enquête Yssup Research, rendue publique mardi, qui confirme les difficultés d'accès à ces spécialistes.

A Paris, c'est rapide ! C'est à Paris, dans les Hauts-de-Seine (92), les Alpes-Maritimes (06) et les Bouches-du-Rhône (13) que les délais d'attente pour un rendez-vous sont les plus courts (de 24 à 40 jours en moyenne). Parmi les dix plus grandes villes, Paris, Marseille et Bordeaux sont celles où l'attente est la moins longue avec un délai moyen pour obtenir un rendez-vous inférieur à un mois (respectivement 24,7 jours, 24,8 et 27,4 ).

Les départements les plus "lents" sont... A l'inverse, dans la Loire (42), dans le Finistère (29), en Isère (38) et en Seine-Maritime (76), les délais restent très longs: supérieurs à 152 jours d'attente. A Rennes et Toulouse, l'attente dépasse les 3 mois. Mal lotie, la Loire bat tous les records: elle est en tête des dix départements où le délai d'obtention d'un rendez-vous est le plus long (205,3 jours en moyenne) après prise de contact avec au moins 20 spécialistes, et elle détient le taux d'impossibilité de prendre rendez-vous le plus élevé (65%).

"Manque criant de professionnels". Cette enquête nationale, réalisée auprès de 2.643 ophtalmologues entre le 15 octobre 2013 et le 30 janvier 2014 par Yssup Research (groupe Publicis Health Care), conforte un récent rapport parlementaire qui souligne le "manque criant de professionnels", notamment de secteur 1, dont souffrent certaines régions, et des délais d'attente qui peuvent parfois atteindre 18 mois.