Poly implant : les plaintes en hausse

  • A
  • A
Poly implant : les plaintes en hausse
@ MAXPPP
Partagez sur :

Une association regroupe les plaignantes suite au scandale Poly Implants Prothèses.

Il y a deux ans, Catherine décide de franchir le pas. Après trois grossesses, elle débourse 6.000 euros pour une nouvelle poitrine. Mais fin mars, éclate le scandale sur l'entreprise Poly Implant Prothèse (PIP), soupçonnée d'avoir commercialisé depuis 2006 des implants mammaires défectueux. Paniquée, Catherine décide de faire une échographie.

L’examen révèle une fissure au niveau d’une prothèse, ce qui provoque des inflammations. Catherine savait que la chirurgie esthétique comportait des risques mais ses implants étaient garantis deux ans. Elle ne comptait "pas repasser sur le billard deux ans après". Elle a donc décidé de porter plainte.

Catherine n’est pas la seule. 350 plaintes ont été transmises à la justice par des porteuses de prothèses mammaires PIP. Certaines ont été opérées par souci esthétique, d’autres à la suite d’un cancer. Elles se sont regroupées dans l’Association de défense des porteuses de prothèses de la marque P.I.P. Sa présidente réclame le remplacement systématique et gratuit de toutes les prothèses.

Depuis 2001, date de réintroduction des implants en gel de silicone, "environ 30.000 femmes ont été implantées avec des prothèses PIP remplies de gel de silicone sur environ 500.000 femmes porteuses d'implants mammaires en France", selon l'Afssaps.