Quand les médecins font grève, l'automédication s'envole

  • A
  • A
Quand les médecins font grève, l'automédication s'envole
@ AFP/PHILIPPE HUGUEN
Partagez sur :

SANTÉ - En 2014, le marché français des médicaments achetés sans ordonnance a limité sa baisse. Mais le mois de décembre, marqué par la grève des mèdecins, a connu un pic des ventes.

C'est une conséquence inattendue de la grève des médecins. L'automédication a connu un pic des ventes au mois de décembre marqué par une grève des médecins généralistes. Une hausse des ventes qui a permis d'endiguer la baisse de l'automédication de ces dernières années. En 2014, le marché français des médicaments achetés sans ordonnance a en effet limité sa baisse à 0,4%, contre -3% l'année précédente, selon l'enquête présentée mardi à la presse, menée auprès d'un panel de 3.004 pharmacies par le cabinet Celtipharm pour l'Afipa, l'association qui réunit les industriels fabricants de ces médicaments.

>> LIRE AUSSI - Où en est le mouvement de grève des médecins ?

En décembre, le niveau le plus élevé depuis dix ans. Et c'est le mois de décembre qui expliquerait cette tendance. Selon l'Afipa, le mois de décembre 2014, marqué par une grève des médecins généralistes contre le projet de loi santé de Marisol Touraine, a enregistré un pic de ventes de médicaments d'automédication. A cette période, le montant des médicaments achetés sans ordonnance s'élève en effet à 224 millions d'euros, le niveau le plus élevé depuis dix ans. Selon l'association, les patients sont allés directement chez leur pharmacien pour des pathologies bénignes en remplacement du généraliste. Ainsi, "plus de 8,2 millions d'euros de ventes sont imputables à cette grève", estime-t-elle.

Une baisse sur l'ensemble de l'année. Au total, sur l'année 2014, les ventes de médicaments sans ordonnance se sont élevées à 2,12 milliards d'euros. Une deuxième année de baisse après les -3% enregistrés en 2013, selon l'enquête présentée mardi. En volumes de vente, la baisse est de 0,7%.

>> LIRE AUSSI - Médecins en grève : "30 kilomètres pour trouver un docteur"

S'agissant de l'ensemble des produits de santé achetés en pharmacie sans ordonnance, incluant les dispositifs médicaux et les compléments alimentaires, le secteur progresse de 2,1% à 3,45 milliards d'euros en 2014. Alors qu'il était en baisse de -0,1% en 2013, a indiqué mardi l'association. L'étude précise que les ventes de médicaments d'automédication sur Internet ont représenté moins de 0,1% du total, deux ans après l'autorisation.

"Rendre à chaque professionnel son vrai rôle". Pour le président de l'Afipa, Pascal Brossard, ce retour des l'automédication, notamment au mois de décembre valide l'action de l'association qui préconise "l'automédication responsable" comme "première étape du parcours de soins". "Cela permet de rendre à chaque professionnel son vrai rôle : le pharmacien pour les pathologies bénignes, le médecin généraliste pour les pathologies plus graves et les urgences pour les urgences" et "cela permet de faire des économies pour la sécurité sociale", a assuré Pascal Brossard.

>> LIRE AUSSI - Grève des médecins généralistes : comment se faire soigner ?

"Le modèle que nous défendons depuis des années (...) fonctionne dans les faits" et "c'est exactement ce qui se passe dans tous les autres pays européens", a-t-il affirmé, en pointant l'"immobilisme" des autorités de santé françaises.

Par ailleurs, alors que les médecins menaçaient de faire une grève de la carte vitale, au profit des feuilles de soin, l’Assurance maladie n'a enregistré qu'une baisse très limitée de la télé-transmission, rapporte > LIRE AUSSI - Où en est le mouvement de grève des médecins ? En décembre, le niveau le plus élevé depuis dix ans. Et c'est le mois de décembre qui expliquerait cette tendance. Selon l'Afipa, le mois de décembre 2014, marqué par une grève des médecins généralistes contre le projet de loi santé de Marisol Touraine, a enregistré un pic de ventes de médicaments d'automédication. A cette période, le montant des médicaments achetés sans ordonnance s'élève en effet à 224 millions d'euros, le niveau le plus élevé depuis dix ans. Selon l'association, les patients sont allés directement chez leur pharmacien pour des pathologies bénignes en remplacement du généraliste. Ainsi, "plus de 8,2 millions d'euros de ventes sont imputables à cette grève", estime-t-elle. Une baisse sur l'ensemble de l'année. Au total, sur l'année 2014, les ventes de médicaments sans ordonnance se sont élevées à 2,12 milliards d'euros. Une deuxième année de baisse après les -3% enregistrés en 2013, selon l'enquête présentée mardi. En volumes de vente, la baisse est de 0,7%. >> LIRE AUSSI - Médecins en grève : "30 kilomètres pour trouver un docteur" S'agissant de l'ensemble des produits de santé achetés en pharmacie sans ordonnance, incluant les dispositifs médicaux et les compléments alimentaires, le secteur progresse de 2,1% à 3,45 milliards d'euros en 2014. Alors qu'il était en baisse de -0,1% en 2013, a indiqué mardi l'association. L'étude précise que les ventes de médicaments d'automédication sur Internet ont représenté moins de 0,1% du total, deux ans après l'autorisation. "Rendre à chaque professionnel son vrai rôle". Pour le président de l'Afipa, Pascal Brossard, ce retour des l'automédication, notamment au mois de décembre valide l'action de l'association qui préconise "l'automédication responsable" comme "première étape du parcours de soins". "Cela permet de rendre à chaque professionnel son vrai rôle : le pharmacien pour les pathologies bénignes, le médecin généraliste pour les pathologies plus graves et les urgences pour les urgences" et "cela permet de faire des économies pour la sécurité sociale", a assuré Pascal Brossard. >> LIRE AUSSI - Grève des médecins généralistes : comment se faire soigner ? "Le modèle que nous défendons depuis des années (...) fonctionne dans les faits" et "c'est exactement ce qui se passe dans tous les autres pays européens", a-t-il affirmé, en pointant l'"immobilisme" des autorités de santé françaises. Alors que les médecins menaçaient de faire une grève de la carte vitale, au profit des feuilles de soin, l’Assurance maladie n'a enregistré qu'une baisse très limitée de la télé-transmission, rapporte Pourquoi docteur."target="_blank" >Pourquoi docteur.